La mort de l’économie burundaise: La brasserie et limonaderie du Burundi baisse sa production par manque de devises

 

La brasserie et limonaderie du Burundi baisse sa production par manque de devises. Dans une réunion avec le personnel qui a eu lieu vendredi de la semaine passée, le directeur général leur a signifié le problème posé par une crise de manque de devise.

L’une des décisions de la direction est la réduction des productions. Cette décision a des répercussions directes sur les approvisionnements des produits de Brarudi tant prisés par les burundais. La Brarudi a pris ces mesures parce qu’elle doit à ses fournisseurs une somme qui s’élève à plus de soixante-dix millions de dollars. La Brarudi, principale entreprise du pays dispose des réserves en termes de milliards de franc burundais qu’elle ne sait quoi faire avec, car ne pouvant plus les échanger ces francs en devises.

Comme si le problème de manque de devise ne suffisait pas, la pénurie des produits pétroliers et de l’électricité est un autre probleme auquel se heurte cette brasserie. L’état burundais qui est également actionnaire avec 40% des actions ne dispose plus de devises en quantité suffisante suite au poids des sanctions de l’union européenne et autres bailleurs qui avaient décidé d’arrêter l’appui budgétaire au gouvernement burundais depuis le début de la crise. La Brarudi doit également à la maison mère (HEINEKEN) des dividendes qui s’évaluent à soixante millions de dollars pour n’avoir pas payé depuis l’an 2013.

Les conséquences seront énormes sur la vie du pays pour cette réduction de production. Ce dysfonctionnement de la plus grande et plus productrice entreprise du pays s’inscrit parmi les conséquences des sanctions des bailleurs de fonds. Ces sanctions sont dus aux  graves violations des droits de l’homme et au non-respect des principes et accords que le Burundi a signé avec ses bailleurs comme les accords de Cotonou signés avec l’union européenne.

Pour certains observateurs, c’est la descente aux enfers du Burundi si rien n’est fait dans les plus brefs délais.

 

Partager sur vos réseaux:

Be the first to comment on "La mort de l’économie burundaise: La brasserie et limonaderie du Burundi baisse sa production par manque de devises"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*