Le plus hypocrite des burundais: Malgré ses déclarations d’un Burundi paisible, Willy Nyamitwe demande asile pour sa famille à Maine en Amérique

 

Et le message pour les militants du parti qui ne savent et ne comprennent rien de cette hypocrisie?: songa mbele! (avancez) sans demander de questions.


Une confirmation qui vient d’être faite par une américaine originaire de Maine en Amérique: la famille (sa femme et enfants) de Willy Nyamitwe est entrain de demander asile dans cette ville américaine.

Traduction: « La famille de Willy Nyamitwe vie dans ma ville à Maine, ils cherchent asile! Wow, tout simplement wow! Willy, ne nous dit-il pas tout le temps que le Burundi est paisible?« 

Pourtant, Willy Nyamitwe, un des hommes les plus protégés du régime de Bujumbura ne cesse de déclarer que le Burundi est paisible. Selon lui, son pays est Nyabagendwa (on peut s’y promener sans problème). Ce super conseiller de Nkurunziza ne cesse de dire que les burundais qui se sont réfugiés dans les pays de la sous région ont fui des rumeurs. Il appelle tous les réfugiés de rentrer car le Burundi est paisible; tous les burundais sauf sa femme et ses enfants. Pire encore, il se moque de ces burundais qui ont pris le chemin de l’éxile.

Ce communicant et défenseur le plus ardent du régime de Bujumbura n’hésite pas d’insulter l’occident dans son ensemble. Depuis deux années, il parle d’un complot occidental contre son pays le Burundi, il insulte et calomnie qui il veut. Pour lui, l’occident en général et en particulier l’UE  et la Belgique sont des ennemis du peuple burundais. Selon lui, le Burundi n’a rien à envier ces pays de l’occident qui sont assiégés par des terroristes. Le Burundi est dans la même situation selon Nyamitwe, il est assiégé par des terroristes, et l’occident devrait aider le Burundi à s’en débarrasser plutôt que de demander que ce petit pays d’Afrique central respecte les droits de ses citoyens. Il est toujours au devant des manifestations du parti au pouvoir contre l’occident qui se déroulent au  Burundi presque tous les weekends.

Qu’une personnalité comme Willy Nyamitwe, un homme fort d’un régime accusé de crimes contre l’humanité aille demander asile pour sa famille frise d’une hypocrisie sans nom. Au delà de cette hypocrisie, cet acte de faire fuir sa famille alors qu’il continue de défendre becs et ongles un régime dictatorial accusé de crimes contre l’humanité témoigne d’une cruauté extrême. Alors que ses concitoyens sont sous ménace de la machine broyeuse du régime dont il est un des hommes forts, alors que des millions de burundais souffrent d’une famine et d’une pauvreté sans égale (le Burundi est le pays le plus pauvre du monde), il n’hésite pas de chercher des meilleures conditions de vie pour sa famille. Il chercher à les mettre à l’abrit de tous ces maux qui frappent ses concitoyens. Et dans l’entre temps, il continue de narguer les burundais et étrangers en racontant que le pays est paisible, qu’il fait beau vivre au Burundi qu’en Amérique ou en France.

Alain Aimé Nyamitwe ministre des relations extérieures du Burundi avec Didier Reynders, vice premier ministre et ministre des relations extérieures de la Belgique

Willy Nyamitwe n’est pas le seul coupable de cette hypocrisie, il rejoint les autres comme son frère Alain-Aimé Nyamitwe qui est ministre des relations extérieures. Naturalisé belge, sa famille réside en Belgique, le même pays qu’il accuse d’être ennemi de son pays natal, le Burundi dont il est le chef de la diplomatie. Alors qu’il déclare lui aussi que le Burundi est paisible, il préfère visiter sa famille en Belgique que des les faire venir en vacances dans ce paradis sur terre qu’est le Burundi.

Et le message pour les militants du parti qui ne savent et ne comprennent rien de cette hypocrisie?: songa mbele! (avancez) sans demander de questions

Partager sur vos réseaux:

Be the first to comment on "Le plus hypocrite des burundais: Malgré ses déclarations d’un Burundi paisible, Willy Nyamitwe demande asile pour sa famille à Maine en Amérique"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*