Les imbonerakure exportent la terreur: Les réfugiés burundais de la composante sociale Tutsi de Nduta en Tanzanie sous menaces des imbonerakure qui se sont déguisés en des réfugiés

 

Les réfugiés burundais de la composante sociale Tutsi de Nduta sous menaces des imbonerakure qui se sont déguisés en réfugiés.

Le cas de Jean Claude Nindorera est plus significatif.

La victime est le nommée Jean Claude NINDORERA réfugié au camp de Nduta en Tanzanie. Il est aujourd’hui  hospitalisé suite aux coups et blessures lui infligés par des #imbonerakure qui se sont déguisés en réfugiés. Il a été attaqué la nuit du 08 /10/2017. Depuis son lit d’hôpital, Jean Claude Nindorera raconte son calvaire. Il dit avoir été: “attaqué vers vingt et une heure,  j’étais devant ma maison. Ils étaient nombreux armés de gourdins et de bars de fer. J’ai pu retenir les noms de trois d’entre eux ; ils étaient mes voisins. Ils avaient insulté ma femme en lui disant qu’elle n’a pas honte d’avoir épousé un homme tutsi… »

Il lui est actuellement très difficile de bouger suite à ces coups et blessures ayant des plâtres sur les deux bras et une jambe. Un élément très important dans cette affaire est que Jean Claude Nindorera est ancien de l’armée burundaise ex Fab. Ceci serait une des raisons à l’origine de sa persécution. Il  demande secours aux organisations de défense des droits de l’homme pour être  relocalisé dans un lieu sur et trouver des soins de santé pour ses blessures.

La crainte de Jean Claude Nindorera est fondée. Le matin de ce lundi les réfugies qui veulent rentrer au Burundi sont allés l’attaquer pour l’achever sur son lit de douleurs. Il a été sauvé par les voisins qui ont vite alerté la police et l’administration dans le camp pour éviter le pire. Ces derniers scandaient des mots qui témoignent d’une haine contre cet ancien de l’armée et de la composante sociale tutsi.

Ce cas montre que les violences aux dynamiques ethniques ne se limitent pas au Burundi et que meme dans les camps de réfugiés, des éléments qui sont font passés pour des réfugiés seraient entrain de créer un climat de peur pour contraindre les refugiés à rentrer au Burundi malgré les risques de repression. Le HCR et les autorités tanzaniennes doivent faire attention pour ne pas laisser les éléments du parti au pouvoir au Burundi, le CNDD-FDD perturber la sécurité des réfugiés.

 

Partager sur vos réseaux:

Be the first to comment on "Les imbonerakure exportent la terreur: Les réfugiés burundais de la composante sociale Tutsi de Nduta en Tanzanie sous menaces des imbonerakure qui se sont déguisés en des réfugiés"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*