Au moins sept (7) personnes ont été assassinées au cours de la période du 24 juin au 1er juillet 2017

Ce rapport de SOS-Torture couvre la période du 24 juin au 1er juillet 2017 concernant les violations des droits de l’homme au Burundi.

Au moins sept (7) personnes ont été assassinées au cours de la période, dont une qui était  retenue en garde à vue à Karusi sorti de sa cellule pour être torturé à mort. Aucun des présumés auteurs de ce crime n’a été appréhendé à ce jour. SOS-Torture Burundi constate aussi une hausse des cas d’assassinats dans la province Cibitoke, que la police ne parvient ni à  prévenir ni  à expliquer de manière convaincante.

Le rapport évoque aussi six (6) cas d’arrestations arbitraires dans différentes localités. Parmi ces arrestations figurent deux (2) membres du parti d’opposition Mouvement pour la solidarité et la Démocratie (MSD)  qui ont été par la suite conduits  au service national des renseignements.

 

  1. Atteintes du droit à la vie et à l’intégrité physique
  • SOS-Torture Burundi note une criminalité accrue dans la province de Cibitoke (nord-ouest du pays) ces trois dernières semaines. Au moins six (6) personnes ont été assassinées dans différentes communes, et ces personnes sont présentées par l’administration locale comme étant victimes de représailles liées à la pratique de la sorcellerie ou à des actes de vol.

Ces arguments ne sont pas convaincants, et laissent craindre plutôt des assassinats ciblés pour des raisons que la police n’a pas encore donné surtout qu’elle ne cherche pas à mener des enquêtes sérieuses.

Les personnes déjà identifiées comme victimes de ces  assassinats sont  : Frédéric Sibomana, assassiné dans la nuit du 9 au 10 juin 2017 sur colline Rubirizi ; Jean Ntakobiri, assassiné entre le 10 et le 11 juin 2017 sur la colline Gitebe ; Emelyne Nduwarugira, assassinée le 13 juin 2017 sur la colline Muyange ; Japhet Nkurikiye, tué le 16 juin 2017 sur la colline Gitumba ; Juma Ntakobakingira, assassiné le 21 juin 2017 sur la colline Muyange ; Damascène Hakizimana, tué entre le 24 et le 25 juin 2017 sur la colline Rugendo.

  • Des miliciens Imbonerakure du parti au pouvoir CNDD FDD ont assassiné à coups de massues Onesphore Nshimirimana sur la sous-colline Miremera, colline Senga, commune Butezi, province Ruyigi (Est du pays) le 18 juin 2017. Des témoins rapportent que M. Nshimirimana a été interpellé par Diomède Buhonga (chef des miliciens Imbonerakure de la colline Senga), Omer Hakizimana et Ndihokubwayo (également membre de la milice Imbonerakure) qui l’ont égorgé et assommé à coups de massues à son…..

 

Source: SOS TORTURE/BURUNDI

Partager sur vos réseaux:

Be the first to comment on "Au moins sept (7) personnes ont été assassinées au cours de la période du 24 juin au 1er juillet 2017"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*