• AFRICA NEWS

La Gambie n'est plus une République islamique et réintègrera la CPI


Récemment rentré en Gambie, le président Adama Barrow poursuit ses réformes. Lors de sa première conférence de presse en territoire gambien, il a annoncé d’importantes mesures.

L’une d’elles concerne notamment l’appellation du pays. Le week-end, Adama Barrow a annoncé que son pays ne nommerait plus “République islamique de la Gambie” comme l’avait déclaré en 2015 son prédécesseur Yahya Jammeh, mais bien “République de la Gambie”.

“Nous voulons instaurer la démocratie dans le pays. Nous voulons rétablir l‘état de droit. Nous allons résoudre les défaillances concernant les droits de l’homme”, a-t-il déclaré à l’occasion de sa première conférence de presse à Banjul, qu’il a regagné le 26 janvier après plus d’une dizaine de jours au Sénégal où il a pour rappel prêté serment le 19 janvier.

Conséquence directe de ce retour à une République laïque, c’est que le vendredi ne sera plus férié, ramenant la semaine de travail à cinq jours.

Adama Barrow a par ailleurs annoncé le retour prochain de son pays dans le Commonwealth, mais également dans la Cour pénale internationale (CPI). Sous l‘ère Jammeh, la Gambie s’est retirée du Commonwealth en octobre 2013 sous prétexte d’en finir avec le “néocolonialisme”, estimant que l’organisation “représente un prolongement du colonialisme”.

En 2016, dans la foulée du retrait du Burundi et de l’Afrique du Sud de la CPI, la Gambie avait elle-aussi annoncé son départ. La lettre de notification a été reçue le 10 novembre et ne devrait prendre effet que le 10 novembre 2017, laissant toutes les chances à la nouvelle administration gambienne de se retracter.