• burundidaily

Entrainements paramilitaires de la milice du parti au Pouvoir "les Imbonerakure" sous la c


Depuis un certain temps, dans presque toutes les communes du Burundi, des exercices paramilitaires de la milice du parti au pouvoir ne cessent de s'intensifier. Mardi le 7 Février ces entraînements ont été signalés dans la commune Bugenyuzi en province Karusi.

Ces activités paramilitaires, bien que signalées depuis l'arrivée du parti CNDD-FDD au pouvoir, elles se sont intensifiées avec la candidature de M. Nkurunziza en avril 2015 à un troisième mandat, qu'il a obtenu en juillet suivant lors d'un scrutin boycotté par l'opposition. Cette décision de briguer un troisième mandat a plongé le Burundi dans une grave crise émaillée de violences qui ont fait plus de 1.000 morts, 8.000 personnes détenues pour des motifs politiques, 300 à 800 disparus, et poussé près de 400.000 personnes à l'exil

D'après les temoins sur place, ces derniers jours, il s'observe des exercices paramilitaires opérés par les imbonerakures dans diverses localités du pays. A Bugenyuzi, ces exercices commencent top le matin vers 08h, où ces imbonerakures font une course à pieds dans les environs de la menuiserie des pères italiens de la MUTOYI pour finir cette course par des exercices militaires sur le terrain de football de la commune Bugenyuzi.

D'autres exercices sont effectués dans la soirée cette fois-ci à l'abri des regards ce qui inquiète la population des environs.

Des sources sur place signalent des livraisons d'armes camouflées de bâches bleues. Le premier lot a été déposé chez un militaire dénommé Léopold, le second chez un parlementaire connu sous le nom de Domitien dans la localité de Kinazi et le dernier lot chez un certain Vincent.

Ces imbonerakures font leurs exercices sous la supervision des membres l'administration locale et portent des bérets cousus dans un tissu militaire. Les personnes qui osent s'approcher de ce terrain où se font ces exercices se voient refuser tout accès car les 6 entrées de ce stade sont gardées par un petit groupe d'imbonerakure.

La population de cette commune vit dans une peur grandissante surtout que les formateurs de ces jeunes imbonerakures ne sont pas de cette commune. Elle demande à l'administration de mettre fin à ces actes d'intimidation et à l'armée de prendre en main leur responsabilité de sécuriser la popopulation.