• BURUNDIDAILY.NET

Oublié dans son heure de besoin, Antime Baranshakaje l'icône du tambour burundais reçoit enfin u


Cérémonies funéraires en memoire d'Antime Baranshakaje

A un age déjà avancé, Antime Baranshakaje l’icône du fameux tambour Burundais avait subi une fracture du fémur. Une intervention chirurgicale pour remplacer son fémur fracturé par une prothèse lui a été recommandée par l'équipe chirurgicale de l’Hôpital Universitaire de Kamenge au Burundi.

La procédure chirurgicale ne pouvant pas être faite au Burundi et sa famille n’ayant pas les moyens financiers nécessaires pour l’évacuer pour des soins appropriés a l’étranger, un appel à l'aide avait été lancé. Malheureusement, cet appel n'avait récolté que 6 millions de Fbu pour une opération qui allait coûter 6.000 dollars américains sans compter les autres frais (billet d'avions et subsistance, etc..).

Cérémonies funéraires en memoire d'Antime Baranshakaje

Un article qui passait sur Iwacu au 22-02-2017 avait suscité une sorte d'empathie de la part des lecteurs. Un lecteur d'Iwacu avait rappelé que "une opération pareille peut se faire au Rwanda" et qu'elle ne devait pas coûter aussi cher. Un autre suggérait que cette icône du tambour se fasse soigner en Zambie à l’hôpital américaine où le coût ne dépasserait pas les 3.000 dollars américains. Un autre lecteur se demandait si le père de la nation [ Ndlr: le président de la republique] était au courant de de la souffrance d'Antime: " None ivyo Le Père de la Nation arabizi ? Aucun de ses conseillers ne lie Iwacu pour l’informer ? Que faire pour qu’il soit informé de ce cas?"

Cérémonies funéraires en memoire d'Antime Baranshakaje

Il est malheureusement mort, trahi par un pays qu'il aimait tellement et avait servi avec dignité et grâce. Apres l'avoir abandonné, le gouvernement par le biais du ministre de la culture, Jean Bosco Hitimana a déclaré lors de l'enterrement du fameux tambourinaire qu'un monument sera érigée en l'honneur de cette icône.

Il est difficile de savoir si une évacuation à l’étranger dans un hôpital spécialisé aurait pu empêché sa mort, mais il est également difficile de comprendre pourquoi les autorités n'ont pas fait plus pour aider cette icône. N'aurait-il pas été plus utile et généreux (pourquoi pas reconnaissant envers lui pour ses services à la nation) de faire plus pour l'aider dans son heure de besoin au lieu d'attendre ses funérailles pour lui témoigner combien le pays était reconnaissant pour ses services?

Une construction d'un monument en son honneur est certes louable, mais l'avoir abandonné dans son heure de besoin restera une grande tache sur la mémoire d'une nation entière qu'il a servie avec distension.