• burundidaily

Arrestation et convocation des ex-FAB: Et si c’était la dernière carte de Nkurunziza?


Par Ndikumana JM

Tout aura été essayé pour éthniser, le Burundi. Le peuple a résisté et résisté toujours. Avec le dernier coup qu’on peut penser de maitre pouvons espérer que la laboratoire de la balkanisation du Burundi en arriverait a son dernier test ? Osons espérer.

Arrivé au pouvoir en 2005 Pierre Nkurunziza avait représenté l’espoir d’un Burundi unifié. Et d’aucuns l’avaient présenté d’un salut pour un nouvel élan de l’unification du Burundi. Ses collègues de l’ancienne rébellion du CNDD-FDD l’auraient même appelé « Umuhuza ».

« Nous avions cru que du fait qu’il soit né de parents d’ethnies différentes, un métis donc les Burundais l’accepteraient facilement et qu’il sera un unificateur », nous a revelé un de ses anciens compagnons de lutte, un fondeur vivant actuellement en exile en Europe.

Le 16 Novembre 2003, entre le gouvernement de transition piloté par Domicien Ndayizeye et le CNDD-FDD de Pierre Nkurunziza, fut signé un Accord global de cessez-le feu lequel sera adopté par la loi N 1/023 du 21 novembre 2003 portant adoption de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi.

C’est justement au nom de cet Accord de Paix et de Réconciliation que Nkurunziza et ses supporters et appuis battront campagne en sillonnant toutes les régions du pays se présentant comme meilleurs garants de la démocratie et de la réconciliation au Burundi. Ils ont aussi ouvert des petits bistrots dans la capital Bujumbura et autres petites villes du pays pour y attirer des jeunes à qui ils vont nourrir d’une campagne mensongère sur leur vision unitaire du pays. La stratégie payera.

Le CNDD-FDD raflera les résultats des élections communales du 3 Juin, les législative du 4 Juillet, les sénatoriales du 29 Juillet, les présidentielles du 19 Aout et en fin les collinaires du 23 Septembre 2005

Diviser pour mieux régner, les Burundais vite déchantent.

1. Faire peur et diviser les Hutu.

Depuis 2005, le CNDD-FDD adopte une politique de terreur en adoptant une politique de violence et de répression contre les Hutu membres du FNL ou Front pour la Libération et surtout les leaders du JPH le mouvement des Jeunes de ce parti seront les plus touchés par une série meutres et enlevements. Cette répression dite plan « Safisha » ou « nettoyer » sera révélée par les organisations Human Rights Watch, Aprodeh qui seront relayées par des médias privés. Des centaines de militants de ce parti politique seront tués et leurs dépouilles jetés dans les rivières et lacs du Burundi.

Ces opérations de ratissage des Hutu de l’opposition se feront d’ailleurs dans une sorte d’indifférence des Burundais de l’opposition. On entendra des commentaires comme « Ca ne concerne qu’eux. Laissent-les s’entre-tuer ils sont les mêmes » .

Un acteur de la société civile, M. Pacifique Ninahazwe s’insurgera contre l’indifférence des chasses à l’homme engagé par le CNDD-FDD contre les membres du FNL en ces termes « Muriko muraba Ubwicanyi buriko buraba mukinumira. Ejo ntimuzotangare mushikiriwe » ou « Vous assistez aux

tueries actuelles dans l’indifférence. Ne soyez pas surpris si demain ces violences vous atteignent ».

Malgré cette série d’assassinats les Burundais dans les fonds de leurs collines sont restés unis alors que les services du CNDD-FDD continueront discrètement les enlèvements et disparitions mais dans une discrétion hors-mesure. Les Burundais continueront à découvrir des corps anonymes dans les lacs et rivières a travers le pays.

Malgré tout, les stratèges du CNDD-FDD continueront a travailler sur une image populiste d’un Leader populiste, grand apôtre de Dieu et donc de toutes qualités pour unir les Burundais et ce jusqu’en Avril 2015.

Hutu Victimes Vs Tutsi tueurs.

Telle est l’image que Nkurunziza et son laboratoire s’évertue à enseigner au Burundais depuis Avril 2015. A cette date le 25 Avril 2015 des milliers de jeunes « Hutu » et « Tutsi » de tous les partis de l’opposition de ont pris ensemble la rue pour dénoncer la violation de l’Accord de Paix pour la Paix et la réconciliation au Burundi.

Ici le laboratoire de la division de Nkurunziza a la tête duquel se trouvent les services de renseignement du fameux Steve multiplient leurs stratégies. Quand ils arrêtent deux dont un « Tutsi » et « Hutu », le premier Mujeri est torturé, tué et son corps est exposé sur la route. Le deuxième Igipinga sera emmené en cache ou il sera sauvagement torturer a mort. Son corps sera jeté loin des yeux dans des endroits inaccessibles comme dans les forêts, rivières et lacs du Burundi.

Pour notre laboratoire de la criminologie Il faut donc montrer aux « Tutsi » que leurs jeunes sont en train de mourir par milliers alors que les « Hutu » restent tranquilles. Ici seuls les parents des victimes pleurent les leurs sans avoir le droit du deuil. Les Burundais ont et résistent à cette stratégie macabre.

Dossier assassinat de Ndadaye, une dernière carte de division ?

Le cas des convocations et intempestives et la publication des listes des personnalités militaires tous anciens hauts cadres dits ex-fab, l’ancienne armée, tous des « Tutsi »et autres fonctionnaires internationaux dont l’ancien Président Pierre Buyoya est une autre stratégie tentée par Nkurunziza et ses sbires pour tenter de s’attirer de la sympathie des « Hutu » du Burundi. Peut-être, une fuite en avant aussi.

Deux grandes questions que plus d’un se pose est « comment Pierre Nkurunziza qui a passé 13 ans sans aucune fois et dans un aucun discours évoquer le dossier Ndadaye peut-il du jour au lendemain devenir le premier préoccupé du dossier ? »

« Comment Pierre Nkurunziza qui a présenté Pierre Buyoya comme meilleurs président Francophone apte à diriger la Francophonie et comme par un coup magique il devient le premier putschiste a appréhender ? »

Alors que ces service ont envoyé les présumés innocents ex-Fab « Tutsi » au cachot le même jour de l’arrestation en violation de la procédure judiciaire burundaise voilà que le Putschiste Président François Ngeze « Hutu » a été convoqué entendu et tout de suite relâché.

Me voilà donc chers « Hutu » je suis votre bon roi capable de traumatiser ces ennemis « Tutsi », suivez-moi donc, doit se dire Nkurunziza.

Tout en présumant que tels les pauvres FNL et leur JPH notre certitude est que son Excellence Ngeze doit actuellement subir beaucoup d’ harcèlement de la part des services de Nkurunziza.

Mais entretemps le peuple doit tenir bon et résister étant donné que même ses anciens soutiens viennent de s’en offusquer en conseillant à Nkurunziza de cesser ces agissements de mauvais goûts pour la paix au Burundi. Quant a l’UA, cette institution panafricaine a vite compris a a conseillé a Nkurunziza et laboratoire d’arrêter ce jeu d’enfants et de répondre aux rendez-vous pour arrêter la guerre qu’ils ont commencé.

Attendons la prochaine stratégies.