• Emery Igiraneza

Dieu répondra-t-il à la prière de Denise Bucumi? Analyse d'une prière dite par la première dame


Les prières sont des activités les plus importantes dans la vie de chaque croyant. Tout ce qu'un croyant mentionne dans sa prière est sincère et vrai, car il est dit avec un cœur ouvert à un Dieu qui voit tout et qui sait tout. Pour les chrétiens, il existe différents types de prières et ce qui les rend différentes n’est pas nécessairement la façon dont elles sont faites, mais bien ce qui est prié. Par exemple, la prière d'adoration loue Dieu pour sa grandeur et admet sa dépendance. La prière de Remercîment remercie Dieu pour ses nombreuses bénédictions, telles que la santé ou les enfants. La prière de pétition demande à Dieu quelque chose, par exemple guérison, courage ou sagesse.

Mais il y a deux autres types de prières que la Bible nous mentionne qui sont d'égale importance sinon plus. Il s’agit d’une prière d’intercession qui demande à Dieu d’aider d’autres personnes qui en ont besoin, par exemple les malades, les pauvres, les souffrants de la guerre et la prière de confession, lorsque la personne qui prie reconnaît le péché et demande la miséricorde et le pardon de Dieu. Cet article analyse la prière de la première dame du Burundi, Denise Bucumi, et conclut qu'il s'agissait d'une combinaison sincère de confession et de prière d'intercession. Une prière qui confirme les rapports des groupes de défense des droits de l'homme sur les crimes commis au Burundi, qui sont qualifiés de péchés dans la prière. Alors, quels sont les crimes énumérés par Denise dans sa prière de confession?

Comme vous pouvez l'imaginer, elle a commencé par le crime le plus horrible. Tueries des innocents ! Dans ses propres mots, elle déclare: «Nous confessons tous nos péchés.» Mais elle admet non seulement que ces crimes ont été commis, mais aussi qu'elle est l'une des criminels. Cela devient plus clair lorsqu'elle dit que «vraiment, dans ce pays, des gens ont été tués…». En d'autres termes, a-t-elle dit, « comprenez bien ce qui est dit sur les crimes au Burundi, c'est vrai, Nous en somme responsable »! Le contexte de son côté de supplication de la prière indique clairement que les victimes étaient innocentes, car elle utilise le terme «verser le sang» qui n'est utilisé que lorsque la victime est innocente! Denise continue à dire à Dieu et à tous les Burundais qu'elle connaît ceux qui sont à l'origine de ces tueries, affirmant que Dieu lui a donné ces noms et qu'elle les a écrits quelque part.

Sur ce crime de meurtre de citoyens innocents, personne ne peut la contester. Elle était sincère et cela peut être confirmé par l'actuel rapport de Human Right Watch de 2018 sur le Burundi, où les tueries viennent en premier lieu sur la liste des crimes commis au Burundi cette année. Même les noms des auteurs influents ont été mentionnés dans les rapports précédents. L'ONU et les experts en génocide craignent un génocide contre les Tutsis et ceux qui ont des opinions politiques divergentes, entretemps, des milliers d'autres ont disparu. Cette prière est une évidence que Denise, son Mari, et leur parti politique ont commis des crimes graves contre l’humanité.

Des familles entière ont été à Ngagara et ailleurs. Des enfants âgés de 14 ans ont été tués à Mutakura, Ngagara, Nyakabiga et Musaga. Des centaines des FNL ont été tués et jetés dans la Ruvubu. Lorsque les Imbonerakure et la police présidentielle tuent un Burundais, ils le font au nom du parti au pouvoir. Cette année, les forces de sécurité et les Imbonerakure ont continué de tuer, violer, frapper, détenir, menacer et harceler de nombreuses personnes au Burundi. Certains ont été pris pour cible après avoir refusé de verser des fonds pour financer le référendum et les élections de 2020. Dans certains cas, le fait de ne pas appartenir au parti au pouvoir est suffisant pour susciter la suspicion et provoquer des meurtres violents.

Le deuxième crime révélé par Denise lors de sa prière est la corruption. Selon elle, «des personnes ont volé des fonds publics et continuent de le faire. Ceci est également en confirmation avec de nombreux rapports sur le classement de la corruption au Burundi. Selon l'indice de la corruption en Afrique de l'Est, le Burundi est le pays le plus enclin à la corruption en Afrique de l'Est. Le Burundi est le 157eme pays le moins corrompu sur 175 pays, selon l'indice de perception de la corruption de 2017 publié par Transparency International. Le taux de corruption au Burundi était en moyenne de 154,31 entre 2005 et 2017, atteignant un record historique de 172 en 2011 et un record de 130 en 2006. Là encore, Denise était sincère dans sa prière et son Dieu semble approuver les informations susmentionnées.

Le troisième crime était la dictature. Selon ses propres mots, elle les a appelés des « chefs durs ». Ces abuseurs des droits de l'homme ont amené plus d'un demi-million de Burundais à chercher refuge dans les pays voisins. La presse privée a été détruite et l'opposition exilée. Reporters sans frontières indique que la plupart des stations de radio indépendantes sont fermées, tandis que de nouveaux organes de propagande du gouvernement ont été créés à leur place. Les journalistes ont du mal à travailler librement et sont souvent harcelés par les forces de sécurité, encouragées par un discours officiel associant des médias non alignés à des ennemis de la nation. Oui Denise as raison, son Dieu est un vrai Dieu qui révèle les crimes même aux coupables.

Quatrièmement, Denise mentionne la fornication comme un péché. Ceci au Burundi est devenu un crime de tous les jours maintenant. Il a été ordonné aux Imbonerakure d'imprégner des femmes tutsies afin qu’elles accouchent des Imbonerakure! Ils le font au nom du parti au pouvoir. Les officiers supérieurs de la police tuent maintenant leur femme pour faciliter la fornication avec leurs concubines. Denise à raison et sa prière est sincère, son mari et son parti ont permis que cela se produise au Burundi. Ils sont allés à l’encontre des valeurs et de la dignité qui ont toujours protégé le Burundi des conséquences de la fornication en tant qu’instrument de domination. Des centaines de jeunes filles d'à peine 12 ans ont été portées disparues. Certains d'entre eux ont été retrouvés dans les villas des responsables du CNDD FDD. La prière de Denise est également une bonne preuve de ce crime.

Outre les crimes admis par Denise dans sa prière, elle révèle également que les gouvernants du Burundi sont des menteurs, des personnes qui n’acceptent pas des conseils et qui accusent les autres de leurs propres erreurs. Cela confirme également la réalité. Le Burundi a reçu les conseils de différents dirigeants du monde entier, mais Nkurunziza et son gouvernement ont rejeté tous les avis reçus des dirigeants africains et des dirigeants mondiaux.

Cela étant, est-ce que Dieu peut entendre la prière de Denise Bucumi? La réponse est un grand oui. Dieu entend et répond à toutes les prières sincères. Il pardonne le pire des pécheurs. La Bible est pleine de criminels à qui Dieu a pardonné. Mais bien que Dieu puisse pardonner les criminels, ils continuent à subir les conséquences de leurs crimes car le salaire du péché est la mort. Par conséquent, bien que Dieu puisse pardonner, les criminels doivent faire face à la justice pour les crimes qu'ils ont commis. C'est ainsi que la religion peut contribuer à la sécurité dans les prisons. Si toutes les prisons pouvaient être pleines de criminels repentis, le niveau de sécurité diminuerait.

Vous pouvez prier plusieurs fois par jour pour que Dieu élimine les conséquences du péché. La réponse de Dieu à une telle prière sera toujours NON. Oui, Dieu vous pardonnera mais vous devrez subir les conséquences de vos péchés.

La prière de Denise est un appel à tous les criminels Burundais pour réduire le nombre de conséquences qu’ils devront subir en plaçant cédant le leadership à des personnes aux mains propres. Il s’agit d’une prière sincère d’intercession et de repentance pour rappeler à la communauté internationale qu’elles devraient faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que ces crimes soient punis. C'est un appel ouvert à tous les Burundais pour qu'ils se lèvent et refusent d'être dirigés par des personnes qui ont tué des innocents, qui ont violé des femmes, qui pillent et qui ont commis des crimes contre l'humanité. Dieu du Burundi est un Dieu aimant et pardonnant.

Un jour il répondra à la prière de Denise, une réponse qui mettra fin à la dictature de Nkurunziza et son parti politique. Ce jour, tous ceux qui se trouvent sur la liste qu’elle possède auront comme nouvelle résidence la prison centrale, et les Burundais recevront les bénédictions qu’elle demande