• burundidaily

L’activiste Pacifique Nininahazwe: le bouc-émissaire du pouvoir de Bujumbura


Pacifique Nininahazwe, un activiste des droits de l'homme

La police et la justice burundaise s’engagent bec et ongle pour blanchir le pouvoir de Pierre Nkurunziza sur certains crimes atroces commis par des agents de l’Etat. Pacifique Nininahazwe, un des défenseurs burundais des droits humains « indexé » estime que les deux institutions perdent la boussole.

Les deux pieds dans la même bottine, le procureur général de la république du Burundi Sylvestre Nyandwi a fait une sortie médiatique foudroyante pour s’en tenir à « ceux qui ternissent l’image de son pays ». Dans un point de presse qu’il a tenu ce jeudi 14 février 2019, Sylvestre Nyandwi fournit sans trop convaincre des éléments nouveaux sur la vidéo mise en ligne par la radio BBC.

Le documentaire intitulé «Kamwe Kamwe - Inside Burundi’s Killing Machine» montre des images troublantes d’un lieu de torture clandestin de ceux qui avaient manifesté contre le troisième mandat du président Pierre Nkurunziza. La maison en question se trouve sur l’avenue Ntwarante dans le quartier de Kinindo en Mairie de Bujumbura.

Selon une enquête en cours, le procureur général de la République pointe du doigt Pacifique Ninihazwe d’être à la tête d’une mise en scène de ce documentaire de la BBC : «La vidéo relève de la manipulation tandis que les faits y relatés ne sont que mensongers ce qui vient d’être prouvé après l’arrestation d’un des acteurs de cette mise en scène tragique à savoir Murwaneza Patrick qui apparaît clairement dans la vidéo… Dans ses déclarations il démontre le rôle joué par un ex-membre de la société civile impliqué dans le mouvement insurrectionnel de 2015 encore recherché par la justice burundaise à savoir Pacifique Nininahazwe » indique le Procureur.

Quelques jours avant, la même figure de la société civile avait été accusée sans aucune preuve par la police burundaise d’être l’instigateur d’une vidéo choquante qui a fait les tours des réseaux sociaux. La vidéo montre une affreuse séance de torture d’un certain « Papa Parfait » dont les organes génitaux étaient ligotés. Pour le porte-parole de la police Pierre Nkurikiye, certaines personnes de la société civile dont Pacifique Nininahazwe veulent ternir l’image du pays.

Contacté par la rédaction de BurundiDaily.net sur toutes ses accusations, Pacifique Nininahazwe fait savoir qu’il n’est pas surpris par ces nouvelles attaques contre lui-même et ses organisations FOCODE et la Campagne NDONDEZA : « Nous sommes habitués à constater qu’après la publication de nos enquêtes sur des cas très sensibles qu’il y ait des réactions négatives de la part des autorités burundaises. Malheureusement ces autorités ne répondent jamais aux enquêtes de la campagne NDODEZA de manière directe », déclare Pacifique Nininahazwe. «Ce sont des attaques qui ne visent pas directement nos enquêtes mais qui vise à me décourager et intimider l’équipe NDONDEZA» renchérit le président du Forum pour la Conscience et le Développement (FOCODE).