• burundidaily

La crise burundaise commence à rendre nerveuse la CEA: Museveni est forcé de rassurer les partenaire


Jean-Claude Juncker et Yoweli Museveni

"Je dirige le processus de paix au Burundi et je sais ce qui perturbe le processus de paix. Nous travaillerons pour le résoudre"

Lors d’une rencontre avec la haute représentante aux affaires étrangères de l’EU, Federica Mogherini, en marge du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine à Addis-Abeba, en Ethiopie; le président ougandais Yoweli Kaguta Museveni a rassuré l’Union européenne (UE) que la priorité de la CEA est la paix dans tous les pays de la communauté.

"La paix dans la région s'améliore. Une partie du problème dans la région- le Sud-Soudan et le Burundi- est que nous ne travaillons pas ensemble. Ça c’est la vrai source du problème", a-t-il déclaré.

Lors de la rencontre de ce samedi le 9 Février avec Federica Mogherini, Museveni a déclaré qu'au Burundi, il n'y avait plus de nouveaux combats et que les dirigeants du pays avaient promis de travailler plus étroitement avec leurs homologues régionaux, comme en témoigne la présence du premier vice-président du Burundi au sommet récemment tenu par la Communauté de l'Afrique de l'Est à Arusha, en Tanzanie.

"Je dirige le processus de paix au Burundi et je sais ce qui perturbe le processus de paix. Nous travaillerons pour le résoudre", a-t-il déclaré.

Museveni a ajouté que "nous sommes reconnaissants pour le soutien de l'UE et pour le partenariat au développement et commerce". Il semble donc que Museveni se soit clairement rendu compte d'un fait indéniable. La volatilité de la situation au Burundi et l’obstination du gouvernement burundais effraient les investisseurs étrangers dans la région.

Le fait qu'il ait déclaré savoir ce qui perturbe le processus de paix après que Mkapa, le facilitateur ait renoncé à tout le processus de paix inter-burundais, accusant le gouvernement du Burundi de torpiller ce processus; est un signe que la CEA commence à prendre au sérieux la crise qui engouffre le Burundi depuis avril 2015.