• burundidaily

Les enjeux derrières les séances de « Moralisation» du pays menées par le président Pierre Nkurunziz


Pierre Nkurunziza lors d'une des séances de "moralisation"

Après le tour des provinces du pays, le « Moïse » burundais mène des enseignements dits de moralisation dans la capitale des « démons », comme le dit lui-même. La question est de savoir ce qui est derrière cette campagne.

Selon certains analystes, le Président Pierre Nkurunziza organise ces ateliers pour paver la route vers une monarchie dont il sera le premier roi.

A cet effet, deux thèmes sont toujours développés au cours de ces séances. Le premier vise à couper davantage les ponts avec l’occident accusé de tous les maux : « Les méfaits de la colonisation avec le pacte d’impérialisme », ainsi libéré.

Le maître artisan de ce thème est le Conseiller principal à la présidence Serges Ngendakumana. Ici il est question de faire entrer fortement l’opinion dans l’esprit de son audience, que l’occident ou même l’ONU sont les principaux instigateurs de la misère sans nom que connait actuellement les burundais. « Dans le passé, on prenait l’ONU comme un organe qui œuvre pour le bien-être des nations africaines mais c’est un instrument de domination utilisé par les néo-colonisateurs pour piller et maltraiter les africains », précise souvent Serges Ngendakumana.

Le second thème est basé sur la culture et les mœurs des burundais pendant la période pré-coloniale. Jean Claude Karerwa, porte-parole du Président qui dispense ce sujet, fait comprendre que pendant cette période, les burundais étaient unis au tour de leur roi sans encombre. Le regroupement des burundais en clans était, selon lui, le principal pilier de stabilité et développement des burundais de la période pré-coloniale. Cet aspect est déjà en pratique car on assiste déjà à des agréments en cascade des associations claniques.

De tout cela, certains observateurs estiment que Pierre Nkurunziza veut à tous les coups s’introniser dans les jours à venir comme roi des Barundi. Vraisemblablement, la vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux où Pierre Nkurunziza s’est autoproclamé Moïse de la Bible n’est pas une simple coïncidence. Elle semble rentrer dans une stratégie bien pensée