• Pacifique Ninihazwe

L’insécurité inquiète au Burundi, reconnaît enfin le Maire de Bujumbura.


Freddy Mbonimpa, Maire de Bujumbura

...les auteurs de ce gâchis burundais sont notoirement connus et vus de tous : il s’agit notamment des policiers nourris et payés par l’Etat, des Imbonerakure assimilés à ces derniers et volontairement dressés pour tuer, ainsi que d’autres forces du mal qui leur prêtent main forte.

L’Honorable Freddy Mbonimpa, Maire de Bujumbura se refuse, enfin, de chausser les lunettes de son mentor, Pierre Nkurunziza pour jauger le climat sécuritaire qui prévaut au Burundi.

Son verdict est juste mais peu rassurant : il y a péril à la demeure.

Dans une lettre adressée au Président du tout nouveau parti CNL (Congrès national pour la liberté), en l’occurrence l’honorable Agathon Rwasa, Freddy Mbonimpa lui demande de sursoir à son intention de tenir une réunion de son parti ce dimanche le 3 mars «pour des raisons sécuritaires».

Quoi qu’en diront les pro-Rwasa ou encore les thuriféraires du régime, l’aveu du Maire est sans conteste audacieux et sincère.

D’abord parce que c’est la première fois qu’un militant du parti présidentiel, qui plus est responsable d’un si haut rang, reconnaît que le climat sécuritaire est si morose qu’un chef de parti politique agréé, fût-il premier Vice-président de l’Assemblée nationale, ne saurait réunir ses militants sans risque « sécuritaire ».

Ensuite parce que le Maire de Bujumbura, en affirmant qu’il y a péril à la demeure, joint sa voix naturellement très audible à celles des millions de Burundais qui ne cessent d’alerter sur la recrudescence de l’insécurité au Burundi.

Certes, Freddy Mbonimpa reste laconique dans ses propos sur l’insécurité ambiante dans le pays. Mais nul ne lui en ferait le moindre grief. Car tout est limpide comme l’eau de roche.

Multiplication de cas d’assassinats, d’enlèvements, d’arrestations arbitraires… Des faits têtus sont là pour déculotter sa pensée ou illustrer ses propos. Et curieusement, les auteurs de ce gâchis burundais sont notoirement connus et vus de tous : il s’agit notamment des policiers nourris et payés par l’Etat, des Imbonerakure assimilés à ces derniers et volontairement dressés pour tuer, ainsi que d’autres forces du mal qui leur prêtent main forte. Ce que Freddy dit est juste, sauf qu'il l'a écrit pour mettre les bâtons dans les roues du CNL car il sait bien que les agents d’insécurité de Pierre Nkurunziza donnent sécurité ou insécurité à qui ils veulent.

Freddy Mbonimpa est sans doute au courant de tout et refuse de le taire encore.

Reste à savoir ce qu’en pensera le Boss en chef (Pierre Nkurunziza), lui qui ne cesse d’affirmer que le Burundi est plus sécurisé qu’il ne l’avait jamais été.

Et qu’en diront les nombreux réfugiés burundais éparpillés dans la région ou dans le monde à qui Pierre Nkurunziza demande toujours de rentrer, arguant que le temps de la tourmente a vécu ?

Dans tous les cas, le Maire a le mérite de dire tout haut ce que tout le monde ne cesse de dire tout bas au Burundi.

Merci Freddy.