• burundidaily

La police kényane sauve 25 femmes burundaises victimes de trafic d'êtres humains


La police kényane a secouru 25 femmes burundaises soupçonnées d'être victimes de la traite des êtres humains à Ruiru, une ville située à 25 km au nord-ouest du centre-ville de Nairobi.

Jeudi matin, lors d'une descente, des agents de l'unité transnationale de lutte contre le crime organisé sont descendus dans la propriété de Gwa Kairu et ont arrêté trois femmes kényanes.

La Direction des enquêtes criminelles (DEC) a désigné les suspects comme étant Mercy Kaaia, Lydia Nyambura et Susan Nyambura Ng'ang'a.

Selon la DEC, les 25 victimes seraient retenues en otage dans l'enceinte de l'aéroport en vue de leur transit vers les pays asiatiques. Elles ont entre 24 et 33 ans.

La police a annoncé que les suspects seraient bientôt traduits en justice.

Dans un rapport publié en 2018 par le département d'État américain, le Kenya a été désigné comme source, transit et destination du trafic d'êtres humains.Bien que le pays ait adopté la loi sur la lutte contre la traite des personnes en 2010, il n’a pas encore réussi à enrayer le vice.

Parmi les défis auxquels le Kenya est confronté figurent les frontières poreuses, la mauvaise gestion des affaires devant les tribunaux, le manque de sensibilisation sur ce qu'est la traite des êtres humains et le manque de ressources des organismes publics chargés de la traiter.Les victimes sont principalement des enfants et des jeunes adultes vulnérables. Ils sont généralement soumis au travail forcé et à l'exploitation sexuelle.