• burundidaily

La CENI entame une mission impossible : Organisation des élections paisibles, démocratiques et trans


La Commission Électorale Indépendante compte réunir tous les citoyens burundais dans des rencontres dites « Réunions de consolidation de la Démocratie au Burundi », en vue de préparer les élections Paisibles, démocratiques et transparentes du jamais vu au Burundi.

Des descentes dans les provinces de l’intérieur du pays par les commissaires de la commission électorale indépendante ont débuté ce mardi 16 avril 2019. Le président de cette commission Pierre Claver Kazihise s’est déplacé dans la province de Ngozi où il a réuni les administratifs de cette province, les forces de sécurité ainsi que les religieux. Dans son allocution d’ouverture, il a rassuré l’audience que les élections se dérouleront sans tache.

« Les élections de 2020 qui pointent à l’horizon seront les plus apaisées, démocratiques et transparentes jamais vécues dans les années antérieures », indique Pierre Claver Kazakhie. Parallèlement, les mêmes activités se déroulaient dans sept autres provinces du pays.

Un du comité exécutif de la COSOME (Coalition de la Société Civile pour le Monitoring Electoral) qui est resté au pays et qui a requis l’anonymat nous a indiqué que selon son constat et les signes avant-coureurs, ces élections seront émaillées des violences. «Au regard de la situation actuelle ou les autres membres des partis en particulier ceux du CNL qui sont jours et nuits interpellés par militants du parti au pouvoir CNDD-FDD, je ne pense pas que des élections paisibles puissent se dérouler ici chez-nous », dit-il un du comité exécutif de la COSOME.

Lors de la présentation de son rapport sur le Burundi au mois de Mars 2019 à Genève devant le conseil de droit de l’homme, Doudou Diène Président de la commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi avait précisé que la préparation et la tenue des élections au Burundi en 2020 peuvent avoir une grande incidence sur la situation des droits de l’homme.