• burundidaily

Pierre Nkurunziza, un autre Idi Amin ou un papa qui veut honorer les efforts de sa famille?


Le président burundais, Pierre Nkurunziza, a félicité sa fille de 12 ans et lui a donné de l'argent comme prix lors des cérémonies du 1er mai destinées à honorer les meilleurs travailleurs du pays.

"Le chef de l'Etat, Pierre Nkurunziza, a donné une enveloppe (d'argent) à sa fille, Naomie Nkurunziza, qui se comporte bien chez elle", a déclaré la chaîne de télévision publique RTNB dans un tweet du jour au lendemain, sans préciser le montant.

"Pierre Nkurunziza a déclaré qu'elle travaillait dur et qu'elle aimait la culture et le sport burundais", a-t-il déclaré.

Les cérémonies du 1er mai, qui se sont déroulées dans un stade de Rumonge, à environ 80 km au sud de Bujumbura, ont permis à Nkurunziza de décerner des récompenses à de hauts responsables de l’État, à des agriculteurs, à l’équipe de football nationale, à un champion de judo, aux gouverneurs et les administrateurs.

Il y a dix ans déjà, Nkurunziza avait récompensé l'un de ses fils, Jonathan, alors âgé de cinq ans, son épouse Denise Bucumi et l'une de leurs nourrices.

Le Burundi est dans la tourmente depuis que le président, en avril 2015, a annoncé son intention de se représenter à la présidence. Il a été réélu en juillet de la même année.

Idi Amin,le dictateur Ougandais attribuant des décorations militaires décore son fils âgé de cinq ans

La violence a coûté la vie à au moins 1 200 personnes et en a déplacé plus de 400 000 entre avril 2015 et mai 2017, selon les estimations de la Cour pénale internationale qui a ouvert une enquête.

Pacifique, Nininahazwe, un militant de la société civile qui vit maintenant en exil, a déclaré dans un tweet que les récompenses données par Nkurunziza à sa famille "me rappellent le dictateur (ougandais) Idi Amin, attribuant des décorations militaires à son fils âgé de cinq ans!"

"Quelles ressemblances entre ces deux tyrans kafkaïens tachés de sang", écrit-il.

Le porte-parole de Nkurunziza, Jean-Claude Karerwa Ndenzako, a déclaré à l'AFP "La reconnaissance (du travail acharné) n'est pas exclusive à l'Etat ou aux organisations - c'est plus un réflexe que tout le monde devrait avoir".

L'argent que le président a donné à sa fille "est venu de sa poche", a-t-il déclaré.