• burundidaily

Rejeté par la SADC, le Burundi acceptera-t-il maintenant de respecter les règles de la CAE?


Le président de la Namibie, Hage Geingob a révélé hier que la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), dont il est président, a rejeté la dernière demande du Burundi d'adhérer au bloc régional.

Le ministre burundais des Affaires étrangères, Ezechiel Nibigira, avait rendu une visite de courtoisie au président Geingob en avril pour décrocher le soutien à la tentative de son pays de devenir membre de la SADC. L’équipe d’évaluation de l’organe régional s’est rendue au Burundi au mois de mai pour vérifier si le pays remplissait les conditions requises avant d’être admis comme membre de SADC.

Mais le Burundi n’a pas satisfait les conditions d’admission

Cela est en grande partie attribué au fait que le Burundi devait d'abord résoudre l'instabilité politique interne que Nkurunziza aurait provoquée en 2015 quand il avait décidée de se présenter pour un troisième mandat jugé illégal.

Accueillant le président tanzanien John Magufuli, le président Geingob l'a informé que le Burundi n'avait pas satisfait aux conditions d'admission imposées par SADC après la dernière évaluation. "La mission d'évaluation de la SADC a été envoyée au Burundi, mais elle a jusqu'ici recommandé de ne pas autoriser l'admission du Burundi dans SADC", a déclaré le chef de l'Etat namibien.

«Cela est dû au processus démocratique non résolu dans ce pays», a-t-il précisé.

S'attardant sur les questions politiques en Afrique de l'Est, Geingob a déclaré: «Nous sommes également préoccupés par les accusations et contre-accusations entre le Burundi et le Rwanda, d'ingérence dans leurs affaires intérieures. Je serai ravi si Votre Excellence [Magufuli ] peut nous éclairer sur la situation actuelle au Burundi et sur la situation en matière de sécurité entre le Burundi et le Rwanda.

La SADC est considéré comme l'une des communautés économiques régionales les plus stables et les plus attrayantes d'Afrique.

Le ministre Ezechiel Nibigira, au cours de sa visite en Namibie le mois dernier, avait insisté sur le fait que le Burundi était un pays pacifique et qui respecte la loi, ajoutant que le pouvoir détenu par Nkurunziza avait été obtenu par des moyens démocratiques.

Le pays se prépare actuellement pour les élections nationales de 2020, et Nkurunziza a cette fois révélé qu'il ne se porterait pas candidat, avait rassuré le ministre Nibigira, l'envoyé de Nkurunziza.

#Diplomatie