• burundidaily

Cap sur le mythique appel du pied de Pierre Nkurunziza à son éventuel «successeur»


Pierre Nkurunziza, président burundais

Officiellement, le Président burundais, Pierre Nkurunziza, ne fait plus mystère de sa décision de décrocher en 2020 et de passer, enfin, le témoin à un éventuel successeur.

Dans un discours surprise diffusé ce mardi 20 août 2019, date anniversaire de sa prestation de serment (20/8/2015), Pierre Nkurunziza a indirectement rappelé qu’il vit ses dernières heures au pouvoir. Il a demandé à son éventuel successeur de parachever l’œuvre qu’il a déjà commencée.

«Nous demandons à notre successeur de poursuivre le travail que nous avons déjà commencé en renforçant la paix et la sécurité dans tout le pays », a déclaré le Président Pierre Nkurunziza dans un discours à la Nation diffusé par la radio burundaise, RTNB.

Dans son discours, le Président burundais a particulièrement félicité les Burundais pour leur engouement à contribuer pour le financement des élections générales de 2020.

« Nous serons fiers d’organiser pour la première fois au Burundi, des élections sans aucun appui financier venu de l’extérieur », a-t-il déclaré.

Pour rappel, Pierre Nkurunziza a prêté serment le 20 août 2015 pour un 3ème mandat consécutif de 5 ans.

Mais le flou reste entier quant à son possible comeback. Car Pierre Nkurunziza n’a pas déclaré explicitement qu’il ne se portera pas candidat.

Pour qui connaît sa versatilité, rien n’exclut qu’il succède à lui-même en 2020.

Certaines voix commencent d’ailleurs à s'élever pour alerter sur les risques d'un éventuel quatrième mandat de l'actuel président Pierre Nkurunziza.

Tel est le cas de l’Association burundaise de protection des droits humains et des prisonniers (APRODH) qui a récemment mis en garde l’opinion internationale contre un éventuel 4ème mandat consécutif de Pierre Nkurunziza.

«Au cas où Pierre Nkurunziza violerait encore une fois la loi en se présentant pour un 4ème mandat, nous demandons une non reconnaissance internationale du scrutin et de ses résultats», a déclaré Pierre-Claver Mbonimpa, président de l’APRODH dans un communiqué.

#Nkurunziza #Mandatdetrop #CNDDFDD #Succession