• burundidaily

Enquête en cours sur la cause de béatification pour les martyrs du Burundi


Les pères missionnaires Xavier Ottorino Maule et Aldo Marchiol sur une photo composite avec la laïque bénévole Catina Gubert. |Photo: Photos du SNC / courtoisie des missionnaires xavériens|

L'étape, qui a été approuvé par la Congrégation du Vatican pour les causes des saints, est la première impliquant l'église burundaise

Les meurtres effroyables de prêtres missionnaires et d'un prêtre local, d'un bénévole laïc et de 40 séminaristes du séminaire de Buta au sud du Burundi sont au centre d'une enquête récemment ouverte sur leur cause de la sainteté.

Le 21 juin, les évêques catholiques de cette nation d'Afrique centrale ont salué la démarche adressée au Vatican par les missionnaires xavériens, fondée en 1898 par saint Guido Conforti en tant que société pieuse de saint François Xavier pour les missions étrangères.

"L'église qui se trouve au Burundi à travers nous, évêques, veut célébrer un groupe de personnes qui, au nom de Jésus, ont offert leur vie pour montrer que notre fraternité dans le Christ est plus importante que l'appartenance à un groupe ethnique", ont déclaré les évêques dans une déclaration. "C'est un grand témoignage, un message qui, à notre avis, est vraiment nécessaire pour tous les chrétiens."

Cette étape, qui a été approuvée par la Congrégation pour les causes des saints du Vatican, est la première impliquant l’Église burundaise, selon l’agence de presse Fides de la Société pontificale pour la propagation de la foi.

Les meurtres ont eu lieu à différentes époques et localités du pays. Parmi les personnes assassinées ou mortes figurent deux prêtres missionnaires xavériens italiens, les pères Ottorino Maule, 53 ans et Aldo Marchiol, 65 ans; volontaire laïque Catina Gubert, 74 ans; prêtre local, le père Michael Kayoya, 38 ans; et les séminaristes du seminaire de Buta au sud du pays.

Les missionnaires italiens et Gubert ont été tués le 30 septembre 1995 à la paroisse de Buyengero.

Un récit de leur décès a révélé que des religieuses qui vivaient près de la paroisse avaient entendu des coups de feu provenant de la zone de la mission, mais n'y ont pas attaché beaucoup d’importance parce que des coups de feu se produisaient régulièrement dans la région.

"Dimanche matin, les pères ne s’étant pas présentés pour la messe matinale, ces religieuses ont décidé d'aller à la résidence de ces missionaires, où elles ont retrouvé les trois corps dans le salon de leur maison. C'était une véritable exécution: les missionnaires avaient été tués d'un coup mortel sur la tête. Seule Catina a été tuée d'un coup dans la poitrine. Rien dans la maison n'a été touché ou volé ", précise le récit.

Le père Kayoya a été exécuté à Gitega le 17 mai 1972, alors que 50 autres étaient emprisonnés par le gouvernement au cours d'un différend opposant une majorité tutsie et une minorité hutu. Les prisonniers étaient majoritairement des Hutus.

"C'était un prêtre, un poète et un philosophe", a raconté l'Église catholique du Burundi. "Par ses publications, il a toujours mis l'accent sur ces différences ethniques qu'il pensait plus être une richesse et un don mutuel qu'une menace. Il était une figure charismatique, amoureuse de la vérité, prêchant l'amour sans jamais le séparer de la justice."

Peinture murale dédiée aux séminaristes de Buta qui ont été tués par des Rebelles du CNDD-FDD en 1997

Le meurtre des 40 séminaristes, selon un récit de l'église, aurait eu lieu à l'aube du 30 avril 1997, lorsque des rebelles du CNDD-FDD ont attaqué le petit séminaire de Buta dans le diocèse de Bururi.

Face au refus des séminaristes de se séparer sur des lignes ethniques, les rebelles ont ouvert le feu, tuant 40 jeunes gens originaires des diocèses de Bururi, Bujumbura, Ruyigi et Gitega.

Les rebelles ont fui après avoir saccagé le séminaire et le centre pastoral adjacent. Aujourd'hui, une chapelle sur place commémore les séminaristes.

Le père Maule est né le 7 avril 1942 à Gambellara, dans le nord de l’Italie, et a été ordonné en 1967. Il est parti pour le Burundi le 3 septembre 1970 et est rentré en Italie en 1979. Il était alors enseignant et supérieur du Séminaire xavérien de Zelarino près de Venise et, de 1984 à 1990, il était supérieur régional des Xavieriens d'Italie.

Après une brève période à Paris pour se préparer à la vie de missionnaire, il partit pour le Burundi en septembre 1991. Il fut curé dans la paroisse de Buyengero, où il fut tué avec les autres.

Le père Marchiol est né à Udine, dans le nord-est de l'Italie, le 9 mars 1930 et a été ordonné prêtre en 1958. Après une longue période consacrée à la formation de jeunes missionnaires en Italie, il s'est rendu au Burundi en 1978. À l'exception d'une courte période en De 1987 à 1988, à son retour en Italie, il était au Burundi jusqu'à sa mort.

Gubert est né à Fiera di Primiero, en Italie, et était au Burundi en tant que bénévole laïc. Elle était au Burundi entre 1976 et 1979 jusqu'aux premières expulsions de missionnaires.

Elle a déménagé en Tanzanie pour continuer son ministère, restant liée aux missionnaires xavériens du Burundi. De retour à Buyengero, elle a exercé son ministère auprès de femmes jusqu'à son assassinat.

Dans leur message, les évêques burundais ont souligné que "ces frères et cette sœur en Christ sont les héros que nous, évêques du Burundi, vous présentons comme un modèle unique inspirant l'amour pour la fraternité".

"Ils représentent le premier groupe de martyrs probables que nous présentons à l'église universelle, à être officiellement déclarés martyrs et sont pour nous tous des modèles de fraternité dans la vie chrétienne et dans toute la société burundaise."

#CNDDFDD #Buta #Martyrs