• burundidaily

Plus de 1200 nouveaux cas de Burundais demandeurs d'asile en  RDC


La commission nationale congolaise chargée des questions des réfugiés alerte que les camps de Transit de Sange, de Kavimvira et de Mongemonge installés au sud Kivu sont presque débordés.

Pour le moment, le camps de transit de Kavimvira compte plus de 730 Burundais et le camp de Sange héberge plus de 550 personnes nouvellement enregistrées. Les plus anciens viennent d'y passer trois mois et pour d'autres une semaine.

Selon cette commission, ces burundais fuient en groupe ou individuellement. Ils témoignent qu'ils fuient l'insécurité. Les cas les plus récents ont été enregistrés au mois d'août et la majorité sont des membres du parti d'opposition CNL.

Cette commission nationale congolaise chargée des réfugiés, affirme qu'elle enregistre en moyenne plus de trois Burundais demandeurs d'asile par jour. Ils transitent par la plaine de la Rusizi pour franchir la frontière avec la RDC.

Ces mouvements migratoires s'accentuent au moment où la machine de la chasse à l'homme contre les membres du parti CNL reste toujours activée.

Ces burundais qui prennent le chemin d'exil se disent inquiétés par des menaces de mort proférés par des Imbonerakure, jeunes du parti présidentiel, certains administratifs à la base ainsi que des éléments des forces de l'ordre qui s'attaquent à ces opposants du régime burundais.

Et pour d'autres encore, ils affirment que leurs maris, frères ou sœurs sont portés disparus.

Les gens qui fuient le pays vers la RDC sont principalement originaires des provinces de Cibitoke (Nord-Ouest), de Kayanza (Nord), de Bubanza (Ouest) et de Rumonge (Sud-Ouest du Burundi).

Ces mouvements migratoires s'accentuent au moment où la machine de la chasse à l'homme contre les membres du parti CNL reste toujours activée.

A titre d'exemple, un membre du parti CNL a été battu par un groupe de quatre Imbonerakure (jeunes du parti CNDD-FDD). Les faits se sont déroulés dans la nuit de dimanche sur la colline Mutara de la commune de Mutumba (province de Karusi, Centre-Est du pays).

La milice Imbonerakure du parti CNDD-FDD est souvent comparée a la milice Interahamwe du Rwanda des années 1990

Ce militant du CNL est accusé d'avoir mené des initiatives qui ont facilitee l'ouverture d'une permanence de ce parti de l'honorable Rwasa Agathon, premier vice président de l'Assemblée Nationale.

Et à Burambi dans la province de Rumonge, deux jeunes Imbonerakure viennent d'être libérés par la police après avoir été accusés d'actes de violence contre l'opposition politique.

Ils avaient été interpellés la semaine dernière, dénoncés par une dizaine d'habitants du chef-lieu de la commune de Burambi pour avoir démoli la permanence du parti CNL.

#Imbonerakure #CNDDFDD #CNL #AgathonRwasa #Nkurunziza