• FULVIO BELTRAMI

Nkurunziza Pierre: Un maître tacticien?


Troisième Partie

Auteur: FULVIO BELTRAMI

Fulvio Beltrami est un journaliste indépendant et reporter sur l’Afrique de l'Est pour les journaux italiens L'Indro et ReteLuna. Il est basé à Kampala en Ouganda

UN ROYAUME HUTU DOIT NAÎTRE DES CENDRES DE LA RÉPUBLIQUE

Pour le régime actuel, un royaume hutu doit renaître des cendres de la République où les Tutsis doivent être « mis dans leur place ». Pour les extremistes du parti au pouvoir, la place de cette minorité ethnique est soit au Rwanda ou où bon lui semble. De nombreux Tutsis ont déjà fui le pays. Ceux qui restent sont utilisés comme boucliers humains.

Nkurunziza a savamment joué la carte du génocide, ventilant la menace s’il était attaqué par des forces extérieures ou si des puissances étrangères soutenaient une offensive armée de l’opposition. Cette menace a jusqu'à présent bloqué toute action militaire contre le régime. La communauté internationale veut éviter un autre Rwanda (génocide de 1994). C'est une carte importante jouée par le dictateur burundais. À l'heure actuelle, seule la solution militaire semble etre la seule possibilité pour l'éliminer cette dictature. Cette option est bloquée par la menace de génocide.

Malgré les promesses faites en 2018 de ne pas se présenter aux élections présidentielles de 2020. Les changements constitutionnels opérés par ce dictateur montrent clairement qu’il est à la recherche d'un quatrième mandat. Il est évident que Nkurunziza participera en réalité aux élections et que la victoire est déjà entre ses mains. Son objectif n'est pas le quatrième mandat ou simplement un mandat de plus, mais une transformation radicale du pouvoir. D’une république présidentielle, il veut faire du Burundi un royaume hutu.

En juillet 2018, il a été question d’une hypothèse de la candidature de sa femme, Denise Nkurunziza, comme moyen de rester au pouvoir. Une hypothèse maintenant totalement écartée. Pour réaliser le rêve du royaume hutu, Nkurunziza a confié à de pseudo- experts d'histoire burundais et belges la tâche de créer une mythologie irréaliste d'un ancien royaume hutu qui en réalité n’a jamais existé. Une épopée hutu précoloniale entièrement inventée sur le modèle de l'épopée teutonique, tout aussi folle et irréelle, que les nazis avaient inventée pour justifier leur droit divin de gouverner le monde entier et leurs crimes contre l'humanité. Ainsi selon cette mythologie surréaliste, les rois burundais étaient du clan des Bahanza (celui du president Nkurunziza).

AIDE DE LA CHINE DANS LA GESTIONS DE LA PROPAGANDE ET GESTION DES MEDIA SOCIAUX

Nkurunziza est également doué pour avoir compris l'importance de la propagande et de l'utilisation judicieuse des médias sociaux pour la survie du régime et contrôle des masses. Il a retiré ce rôle de gestion de media sociaux des mains de son conseiller Willy Nyamitwe, qui malgré son habileté était allé trop loin entre 2015 et 2016.

Il a confié cette tâche à des professionnels du secteur: une agence de communication mise à disposition par le gouvernement chinois. Un réseau dense de sympathisants a été créé dans le pays et au sein de la diaspora. Utilisant souvent de faux profils, ces sympathisants propagent la haine ethnique sur Facebook, Twitter et d'autres médias sociaux. Ils sont également formés pour affronter par de foules de protestation, de dénégations, d'insultes et de menaces contre toute publication qui révèle les crimes commis par le régime. Les faux profils sont une garantie. Beaucoup craignent d'être reconnus et jugés si le régime tombe.

Et que dire du chef-d'œuvre de la diplomatie étrangère qui a permis au régime de relancer l'alliance politique et militaire de la France perdue en 2016 sous une série de sanctions signées par l'ex-président François Hollande?

Maintenant, la France est à nouveau aux côtés du régime. La coopération militaire est reprise. Les premiers fonds (25 millions d'euros) sont déjà apparus déguisés comme étant en faveur de l'éducation. Des conseillers militaires français circulent déjà au Burundi. Un choix dangereux qui pourrait compromettre la détente actuelle avec le Rwanda et impliquer à nouveau la France dans un deuxième génocide dans la région des Grands Lacs un quart de siècle seulement après celui de 1994 au Rwanda.

COMME AU RWANDA DE HABYARIMANA, UNE OPULENCE POUR DIGNITAIRES ET UNE PAUVRETÉ DÉGRADANTE POUR LES MASSES

Pour tout observateur externe, il est indéniable que Pierre Nkurunziza contrôle totalement le Burundi et commet sans crainte des crimes brutaux contre l’humanité. Une idée qu'il a en tête et la logique des extrémistes qui épousent l’idéologie du « Hutu Power » sont très simples et claires: le Burundi aux Hutus et le Rwanda aux Tutsis.

Au moins jusqu'à ce que le rapport de forces lui soit favorable, ce qui lui permettrait de régler ses comptes avec Paul Kagame et d'achever la "mission" d'etablir un « Royaume Hutu » au Burundi comme voulaient le faire les extrémistes du « Hutu Power » au Rwanda sous Habyarimana et son épouse Agathe.

En effet, il est dit qu’Agathe Kanziga- Habyarimana, épouse de Juvénal Habyarimana, était en réalité le chef du puissant clan mafieux des Hutus du Nord appelé Akazu (petite maison en kinyarwanda). Les Akazus ont eu recours à l'idéologie « Hutu Power » pour protéger leurs entreprises milliardaires, tandis que la population hutu vivait dans une pauvreté dégradante. La même dynamique socio-économique s’observe au Burundi ou des dignitaires du régime vivent dans une opulence inimaginable dans un pays qui est classée le plus pauvre au monde.

Pourtant, au delà de ces apparences d'un homme qui maîtrise son parti et l’armée et qui a mis le pays aux genoux en une sorte de soumission totale, il existe un doute sérieux et justifié. Nkurunziza commande-t-il vraiment le Burundi?

FIN.-

#EgliseduRocher #NyamitweWilly #Chine #Mediasociaux