• burundidaily

Assassinat du président Ndadaye : L’ancien président Pierre Buyoya assigné en justice


Ndadaye Melchior (photo officielle sur fond vert) et Buyoya Pierre

L’ancien président burundais, Pierre Buyoya, est assigné en justice dans l’affaire de l’assassinat de l’ancien président burundais, Melchior Ndadaye.

Il est poursuivi dans cette affaire en même temps que 18 officiers supérieurs et quelques personnalités politiques.

Il s’agit des anciens «dignitaires civils dont Alphonse Marie Kadege, ex-premier vice-président, Antoine Nduwayo, ex-premier ministre, Charles Mukasi, ancien président du parti Uprona (ancien parti unique, Ndlr) ainsi qu’une dizaine d’autres officiers supérieurs», a révélé un journal local.

«Ils sont tous sommés de comparaître devant la chambre judiciaire de la Cour suprême à Bujumbura».

Une quinzaine d’entre eux dont l’ancien président Buyoya, actuel représentant de l’union Africaine au Mali et au Sahel sont «cités à domicile inconnu».

Ils sont accusés par le ministère public d’avoir « conçu et mis en exécution des actes d’attentats contre la vie du chef de l’État burundais, le président Ndadaye Melchior, ainsi que d’autres personnalités, au mois d’octobre 1993».

Une quinzaine d’officiers supérieurs et quelques civils étaient déjà sous mandats d’arrêt international émis par la justice burundaise, le 30 novembre 2018.

Aucun mandat n’a été exécuté par des pays où résident les personnalités visées ou ceux qu’elles visitent. Les concernés dont Pierre Buyoya ont déjà dénoncé la poursuite la qualifiant de « procès à caractère politique sans motif judiciaire ».

Ndadaye Melchior, premier président hutu démocratiquement élu a été assassiné en octobre 1993. Plus de 300 mille personnes ont été tuées durant la guerre civile qui a duré plus d’une décennie après sa mort selon les Nations Unies.

Premier président hutu (ethnie majoritaire) démocratiquement élu, Melchior Ndadaye avait été tué dans le coup d’Etat du 20 au 21 octobre 1993, dans un camp militaire au sud de la capitale. Il venait de passer seulement trois mois au pouvoir. Un assassinat qui a été suivi de massacres à grande échelle des membres de la minorité tutsie par des membres de la majorité hutu, suivies par de représailles contre les populations hutu par l’armée. Le résultat fut une guerre civile.

Des pourparlers de paix ont abouti à la signature de l’accord d’Arusha en août 2000.

Haut Représentant de l'Union Africaine (UA) pour le Mali et le Sahel, l’ex-président Pierre Buyoya a dirigé le pays de 1987 à 1993 puis de 1996 à 2003, chaque fois, suite à un putsch militaire.

Le Burundi a replongé, depuis avril 2015, dans une nouvelle crise politique et sécuritaire suite à la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un 3ème mandat, considéré comme illégal.

#BuyoyaPierre #NdadayeMelchior #Coupdétat