• burundidaily

CFOR-Arusha, un autre CNARED de trop?


Charles Nditije et Chauvineau Mugwengezo, anciens membres du CNARED. Présentement membres du nouvellement créer C-FOR Arusha

Une nouvelle coalition de l'opposition vient de naître. Il s'agit de la CFOR-Arusha, Coalition des Forces de l'Opposition Burundaise pour le Rétablissement de l'Accord d'Arusha.

D'après la déclaration annonçant la naissance de cette plateforme, ses ténors sont "des leaders des partis politiques, acteurs politiques et des personnalités politiques ainsi que les forces citoyennes de l'opposition Burundaise".

Il s'agit principalement de l'oeuvre de Pr Charles Nditije président du parti UPRONA de l'opposition, Mr Nzobambona président du parti NADDEBU, Mr Chauvinau Mugwengezo président du parti UPD-Zigamibanga, Honorable Léonidas Hatungima président du parti PPD-Girijambo, Mr Jean Bosco Ndayikengurukiye président du parti Kaze-FDD, Honorable Frederic Bamvuginyumvira ancien premier vice-président de la République du Burundi, Mr Jérémie Minani président du parti RDB, et bien d'autres.

Tous ont en fait récemment craqué la porte du "géant" ou "tigre en papier" (selon) CNARED.

Réussiront-ils sur un terrain perfide où les autres ont échoué?

Selon certains analystes politiques, "cette CFOR-Arusha est un mort-né. D'abord, constituée par des gens essentiellement sans partis politiques même si certains se réclament présidents de l'un ou l'autre parti ou aile de l'opposition. Il s'agit tout simplement d'une aile du CNARED disent encore d'autres.

Cette opinion ne diffère pas de la réaction chaude de la présidence du Burundi, via Mr Willy Nyamitwe, chargé de la communication de ce régime, qui déploie un tweet moqueur et a la fois humoristique.

Et pour d'autres, la CFOR-Arusha est une manifestation d'un mécontentement. "Ces gens ont soit été chassés ou soit ont quitté de leur propre gré le CNARED. Ils veulent montrer à la face du monde qu'ils existent encore. Et d'ailleurs, c'est un courant de gens qui ne veulent pas rentrer alors que la plupart des membres du CNARED ont déjà exprimé le souhait de rentrer au pays pour faire part aux élections de 2020" commentent-ils

Ces derniers ajoutent qu'il s'agit quand même de "grands ténors" de la politique burundaise et que "si la situation politique le leur permettent, ils peuvent amorcer un changement ou un rassemblement de toutes les forces vives de l'opposition et de la société civile et delà réussir à bloquer les élections de 2020".

Mais là encore, c'est très difficile, soulignent d'autres critiques, du moment que le véritable challenger du pouvoir Rwasa Agathon, fonce droit vers le rendez-vous de 2020.

Cette nouvelle plate forme s'est donnée comme objectif, "mettre en place de nouvelles stratégies pour mobiliser le peuple burundais dans toute sa diversité pour constituer un grand front de résistance citoyenne pour le rétablissement de l'Accord d'Arusha".

Ce chantier avait été commencé par le CNARED. Sur la question de savoir si le nouveau né va réussir où les autres ont échoué, la CFOR-Arusha se dit déterminée. "Cette coalition est mise en place après avoir jeté un regard rétrospectif et critique sur le chemin parcouru par les diverses organisations tant politiques que de la société civile dans leur combat et après avoir évalué les obstacles rencontrés, les échecs et erreurs commis ainsi que les résultats atteints".

Cependant, plusieurs analystes convergent pour affirmer que "tout ce parcours émaillé d'obstacles et d'échecs qui a été traversé par les premiers, attend au tournant les seconds". Et d'ailleurs, concluent-ils, tous ces politiciens étaient ensemble au départ.

En fin, indiquent ces analystes politiques, "des coalitions, forum, associations ou consortium, on en a marre. Ils sont nombreux. Ce qui est nécessaire pour le moment à l'approche des élections de 2020, c'est peut être une vision commune et claire ainsi que le rassemblement de toutes les forces vives de l'opposition, de la société civile, des jeunes, des femmes et des clubs culturels pour harmoniser les angles et mener un combat franc et sincère, la lutte armée n'étant pas épargnée".

La CFOR-Arusha vient de naître quelque mois après la naissance de MAP-Burundi Buhire, un autre mouvement politique qui prône une nouvelle approche de la politique au Burundi. Ce mouvement rassemble une équipe dynamique qui fait déjà le buzz sur le scène politique burundaise

Comme CFOR, le mouvement MAP-Burundi Buhire est opposé à la participation aux élections de 2020 qu'il juge il ni crédibles ni équitables dans le contexte actuel où la violence et répression contre les membres des oppositions sévit au Burundi

#MAPBurundiBuhire #CFORArusha #Elections2020