• burundidaily

Présidentielles de 2020 : qui est derrière la pression populaire en vue d’un «comeback» de Pierre Nk


Restera, restera pas ? La question sur la nième candidature de Pierre Nkurunziza à l’élection présidentielle est sur toutes les lèvres, en dépit de son niet officiel et des multiples dénégations de ses porte-voix.

Mais nul n’ignore que l’actuel président burundais est tout sauf un homme de parole. Rien n’exclut donc qu’il fasse une pirouette et se ravise, demain, en se présentant pour un 4ème mandat consécutif et illégal.

Aujourd’hui des appels à sa candidature sont de plus en plus audibles pendant les travaux de développement communautaire à Bujumbura ou à l’intérieur du pays.

Ces chants ont été particulièrement ressassés par les militants de son parti lors de la dernière odyssée du Flambeau de la Paix dans les quatre coins du pays.

L’appel est si récurrent que d’aucuns pourraient s’interroger sur qui peut être réellement derrière cette pression populaire en vue d’un comeback de Pierre Nkurunziza.

S’agit-il de Nkurunziza en personne ? De ses ménestrels ou laudateurs qui se sentiraient orphelins sans lui ? Les questions fusent de partout et plus les appels se multiplient dans le camp présidentiel, plus la certitude sur sa candidature se confirme.

Dans tous les cas, selon les dernières nouvelles officielles, Pierre Nkurunziza va raccrocher les crampons en 2020.

Son porte-parole Jean Claude Karerwa l’a redit mercredi à la presse locale.

« Même si 150% des Burundais le lui demandaient, il ne se représenterait pas à l’élection présidentielle de mai 2020 », a déclaré le porte-parole du président burundais.

«Il a déjà décidé une fois pour toutes et sa décision est irréversible», a-t-il ajouté.

S’exprimant sur la radio d’Etat, RTNB, au cours d’une conférence publique trimestrielle des porte-paroles des institutions burundaise, Jean Claude Karerwa réagissait effectivement sur des chants scandés ces derniers jours par des militants du parti présidentiel et qui demandent ouvertement au chef de l’Etat burundais de rester au pouvoir.

En décembre 2018, Pierre Nkurunziza a déclaré qu’il ne se portera pas candidat à la prochaine élection présidentielle.

« Je ne reviens pas sur une décision que j’ai prise depuis 2015, je ne serai pas candidat à l'élection présidentielle de 2020, mon parti va présenter un autre militant », a-t-il déclaré dans un discours prononcé vendredi à Ngozi (nord) et relayé par des médias locaux dont la radio d'Etat, RTNB.

«Le moment venu, c’est le congrès national du parti CNDD-FDD (Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie) qui décidera qui va le représenter à l'élection présidentielle de 2020, vous le saurez », a souligné Nkurunziza.

Pierre Nkurunziza, 55 ans, au pouvoir depuis août 2005 a accédé au pouvoir à la suite de l’Accord de paix d’Arusha qui a mis fin à une décennie de guerre civile au Burundi.

Après deux mandats successifs de 5 ans chacun, Pierre Nkurunziza a décidé en 2015 de briguer un 3ème mandat jugé illégal par l’opposition, la société civile et une partie de son propre camp.

Sa décision a replongé le pays dans une grave crise politique et sécuritaire qui perdure encore.

#Elections2020 #PierreNkurunziza #CNDDFDD