• burundidaily

Un arsenal important pour truquer les élections de 2020: Museler et contrôler les média


Après la décision du Conseil national de la communication, un organe gouvernemental de régulation des médias, d'imposer un contrôle strict des médias durant les élections de mai 2020, d'aucuns se demandent si les les deux derniers médias encore indépendants du Burundi n'ont pas encore signé ce code de conduite vont être punis.

Iwacu et Isanganiro les deux derniers médias indépendants au pays ont refuse de signe un code de conduite jugé « liberticide » et inventé par le CNC sans concours des médias.

Les responsables de médias proches du pouvoir comme le directeur de Rema FM, une radio proche du pouvoir, voient ce code imposé par le CNC comme une bonne mesure qui empêchera à certains médias de donner des résultats qui ne correspondent pas a la réalité.

Alors que le journal Iwacu et la radio Isanganiro n’ont pas signé le code de conduite, le régulateur va-t-il sanctionner les deux médias ?

Ainsi par ce code, les médias se voient dans l'obligation de travailler en synergie,de se conformer a ce nouveau code avant, pendant et après les élections, qu'on l'ait signé ou pas. Le texte, qui s’applique même aux journalistes étrangers présents au Burundi, prévoit des règles draconiennes pour la couverture des élections. Il empêche, entre autres, les médias d’utiliser les sondages comme sources d’information sur les élections.

Parmi tous les médias invités, seuls le journal Iwacu et la radio Isanganiro ont refusé de signer le code de conduite proposé. Les autorités leur avaient donné jusqu’à la fin de la semaine pour le faire. Jusque-là, les autorités n’ont pas communiqué sur le sujet.

Par ce code, le régime de Nkurunziza veut s'assurer du contrôle aussi intégral que possible de toute information en rapport avec la campagne électorale et les élections elles-mêmes de manière à pouvoir maîtriser de bout en bout le résultat qui sera programmé.

#Elections2020 #Libertédexpression #Libertédelapresse