• Shannon Ebrahim (Afrique du Sud)

Un jeu machiavélique gagné: Le régime de Pierre Nkurunziza continue de perfectionner son plan de gén


Shannon Ebrahim est une rédactrice étrangère des média Indépendants. Elle est une chroniqueuse sud-africaine spécialisée dans les affaires étrangères, une rédactrice pigiste et une consultante politique.

Un ministre burundais m'avait dit, quand je l'avais interviewé à Bujumbura il y a trois ans, qu'ils (les hutus au pouvoir) allaient liquider la population tutsie - pas comme les hutus avaient tenté de le faire au Rwanda en 1994 en massacrant en masse, mais qu'ils allaient s'y mettre lentement et silencieusement, pendant une période prolongée. «Nous le ferons de la même manière que nous remuons notre sima (pâte) doucement et lentement», a-t-il déclaré.

Le monde a fermé les yeux sur ce qui se passe au Burundi, sans médias indépendants sur le terrain et les observateurs des droits de l'homme pratiquement confinés à leurs hôtels dans la capitale, le Burundi est complètement isolé. Tous les médias internationaux ont été éjectés et des journalistes indépendants opèrent dans la clandestinité.

Mais la Commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi a recueilli suffisamment d’informations fiables pour publier un rapport le mois dernier, qui démontre dans ses détails les atrocités de masse et les crimes contre l’humanité commis par des agents de l’État et leurs alliés. Les conclusions de la commission reflètent celles de la Cour pénale internationale (CPI).

Un ministre burundais m'avait dit, quand je l'avais interviewé à Bujumbura il y a trois ans, qu'ils [les hutus au pouvoir] allaient liquider la population tutsie - pas comme les hutus avaient tenté de le faire au Rwanda en 1994 en massacrant en masse, mais qu'ils allaient s'y mettre lentement et silencieusement, pendant une période prolongée. temps. «Nous allons le faire de la même manière que nous remuons notre sima (pâte de manioc) - gentiment et lentement», a-t-il déclaré.

Les dirigeants burundais veulent éviter l’éclat du problème dans des médias mondiaux et l’intervention militaire de l’UA qui serait déclenchée par des atrocités flagrantes.

Eh bien, le régime de Pierre Nkurunziza est en train de gagner ce jeu machiavélique auquel ils jouent, et les dirigeants africains restent les bras croisés - bien qu’ils parlent de solutions africaines aux problèmes africains.

L’Afrique du Sud semble avoir adopté une approche non interventionniste au Burundi, laissant les efforts de résolution des conflits à la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE). Le problème est que la CAE s'est révélée incapable de faire pression sur Nkurunziza, un président intransigeant qui refuse d'engager un véritable dialogue politique avec l'opposition.Six sommets de la CAE n'ont pas réussi à convaincre le parti au pouvoir d'assister à des discussions présidées par le président ougandais, Yoweri Museveni, et sous la médiation de l'ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa.

Nkurunziza s'est moqué du processus en traitant les médiateurs pour des imbéciles. Mkapa était tellement exaspéré par le manque de coopération de Nkurunziza et l’inaction des dirigeants régionaux malgré ses nombreux avertissements, qu’il a démissionné de son poste de médiateur en février dernier, peu après le sommet de la CAE. Les frictions perpétuelles entre les dirigeants régionaux n’ont pas non plus incité à exercer une pression régionale sur le gouvernement burundais.

Les tensions entre l'Ouganda, président des négociations sur la paix au Burundi, et le Rwanda, président de la CAE, ont rendu une solution régionale plus difficile à atteindre. Si quelqu'un était bien placé pour réunir les parties prenantes burundaises, c'était bien Mkapa, qui a joué un rôle déterminant dans la rédaction des accords de paix d'Arusha avec Nelson Mandela et Julius Nyerere. En l'absence des deux autres médiateurs, Mkapa disposait de la mémoire institutionnelle et de l'engagement politique nécessaires pour mener à bien le processus. Mais la résolution des conflits n’est possible que si les principaux protagonistes sont disposés à s’asseoir à la table pour négocier. Nkurunziza a refusé de rencontrer ses adversaires. Une des raisons est qu’il détient toutes les cartes et n’est guère incité à faire des compromis. En force, il est occupé à consolider le pouvoir des hutu.

Mkapa a levé le drapeau rouge lorsque Nkurunziza a entrepris d'amender la constitution, démantelant les deux tiers des dispositions des accords d'Arusha, y compris la structure de partage du pouvoir. Il a exhorté les dirigeants régionaux à agir avant que la situation ne devienne irréversible. Il a également appelé à une révision de la constitution proposée, mais la région n'a pas agi. La constitution a maintenant changé, donnant au président le pouvoir de renverser le parlement. Il y a eu purge d'officiers militaires tutsis, dont beaucoup ont été tués ou enlevés, et la milice impitoyable parrainée par l'État, connue sous le nom d'Imbonerakure, a été placée au sein des forces de sécurité.

Les Imbonerakure sont impliqués dans des atrocités de masse avec la police, l'armée et les services de renseignements, qui ensemble ont finalement tué plus de 1 700 personnes depuis 2015. Nkurunziza, son entourage et les Imbonerakure sont responsables de certains des crimes les plus graves, tels que les exécutions sommaires; arrestations et détentions arbitraires; actes de torture; violences sexuelles et disparitions forcées.

Le rapport de la Commission de l'ONU pour 2018 a confirmé l'existence de fosses communes dans un certain nombre de régions, ainsi que de listes de civils et de membres des forces armées destinés à être exécutés.

Les violences commises en 2015 sont devenues des actes plus discrets à la fin de 2016. Depuis lors, de graves violations des droits de l'homme ont été commises en secret dans ce que l'on pourrait appeler des "sites noirs". Le rapport de l'ONU a confirmé l'existence de nombreux lieux secrets où sont régulièrement pratiqués tortures, viols, mutilations et meurtres. Ces informations ont été confirmées par des observateurs des droits de l'homme, des reportages dans les médias et d'anciens membres de la milice Imbonerakure.

Le Burundi est passé d'une situation de relative stabilité où, en vertu de l'Accord de paix d'Arusha de 2000, les partis politiques rassemblaient à la fois hutus et tutsis, à une situation où le parti au pouvoir, le Conseil national pour la défense de la démocratie - Forces pour la défense de la démocratie poursuivi obstinément un programme nationaliste hutu.

La grande tragédie est que les Accords d’Arusha ont beaucoup contribué à remédier aux causes profondes du passé violent du Burundi, qui ont abouti à des génocides en 1972 et 1993.

Désormais, tous les progrès pour lesquels Mandela a travaillé si dur sont confinés à la poubelle de l’histoire. Ce qui prévaut, c'est la prétention de calme qui masque les intentions génocidaires du régime en place. À mesure que le parti au pouvoir se prépare pour les élections de 2020, les atrocités vont s'intensifier, de même que la rhétorique ethnique qui divise dangereusement - créant ainsi un terrain fertile pour ce qui pourrait devenir un autre génocide.

Le fait que Nkurunziza ait annoncé son intention de se retirer et de ne pas poursuivre sa recherche d'un autre mandat l'année prochaine est peu réconfortant dans la mesure où il a consolidé une infrastructure nationaliste hutu.

Les initiés disent qu'il veut s'assurer de rester au pouvoir jusqu'à l'année prochaine car plusieurs généraux tutsis vont prendre leur retraite en 2020. Il souhaite les remplacer par des généraux hutus qui partagent sa vision d'une ethnie hutu dominant tous les aspects de la vie au Burundi. Si la communauté régionale est paralysée ou ne dispose pas de la volonté politique nécessaire, il incombe à l'UA d'intervenir conformément à la Charte - pour prévenir les violations flagrantes des droits de l'homme par le biais d'une force de réaction rapide à l'intervention militaire. Jusqu'à présent, l'UA a été inefficace après avoir renoncé à sa décision de décembre 2015 de déployer une force de protection de 5 000 hommes.

Cela aurait été un signal important de la région indiquant que de telles violations des droits de l’homme ne seraient pas tolérées et que les civils seraient protégés. Mais l’UA n’a pas réussi à faire plier ses muscles après que Nkurunziza eut menacé de tirer sur les troupes de l’UA entrant dans le pays. Depuis lors, il a mené ce que beaucoup appellent un règne de terreur en toute impunité.

Si l’Afrique du Sud souhaite à nouveau faire preuve de leadership en ce qui concerne le Burundi, elle doit définir une stratégie qui lui permette d’utiliser sa position de président de l’Union africaine l’année prochaine pour réintroduire l’idée d’une force d’intervention, une solution émanant de l’ancien président de la Commission de l’UA, le Dr Nkosazana Dlamini Zuma.

L'initiative a été bloquée en 2016, non seulement à cause des menaces de Nkurunziza, mais aussi à cause du manque de volonté politique dans la région et de la part du président d'alors, Jacob Zuma, qui a présidé le sommet extraordinaire de l'UA qui a décidé de déployer une intervention. En fin de compte, la région a hésité à prendre des mesures décisives.

#Nationalismehutu #PierreNkurunziza