• Ephrem Rugiririza - Rédacteur en chef adjoint pour

Commission vérité et réconciliation: Une commission de vérités divisées


La Commission Vérité et Réconciliation du Burundi a commencé à exhumer des corps en février 2017 (photo), ce qui suscite la controverse dans un contexte politique divisé.

Ses détracteurs soulignent sa composition, son mandat et sa façon de travailler, à commencer par les exhumations sélectives effectuées dans tout le pays. Créée en 2014 et prolongée pour quatre ans en 2018, la Commission Vérité et Réconciliation du Burundi est sous le feu des critiques.

Il y a quelques mois, Eric Nkeshimana est arrivé à Kampala, en Ouganda, fuyant la menace de fermeture des camps de réfugiés burundais en Tanzanie. Pour survivre, cet ancien instituteur parcourt quotidiennement les pistes poussiéreuses des bidonvilles de la capitale ougandaise, vendant des vêtements d'occasion.

Mais, lors de ses déplacements, l'ancien employé de l'État burundais reste connecté à l'actualité de son pays, en particulier aux travaux de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR). "A quoi sert d'exhumer les corps de personnes massacrées il y a des années alors que, dans le même temps, des innocents sont toujours envoyés à la mort?" il demande pendant une pause pour étancher sa soif. "Quel baume ces exhumations apportent-elles au cœur d'un survivant dont les parents, tués il y a des décennies, sont exhumés alors qu'il vient d'enterrer des enfants ou des frères abattus par des miliciens Imbonerakure du parti au pouvoir?"

Charles Nditije, ancien président du plus ancien parti politique du Burundi, l'Union pour le progrès national (Uprona), semble être sur la même longueur d'onde. "Nous avons en effet appris que la CVR est particulièrement soucieuse de rechercher des charniers et d'exhumer les restes de corps liés aux événements tragiques de 1972, 1988 et 1993. C'est une bonne chose en soi, à condition que la Commission ait les moyens d'identifier correctement les victimes, les circonstances et les auteurs présumés de ces crimes. Mais là où le problème réside, et cela peut disqualifier le travail de la CVR, c'est qu'elle ne se soucie pas des fosses communes récentes où l'identification des victimes, des circonstances et des auteurs présumés serait plus facile. Il s'agit notamment de fosses communes liées à la crise de 2015, dont des dizaines sont réparties dans tout le pays ", a expliqué le vétéran politique burundais.

Exhumations sélectives

"Ces crimes (récents) ayant été commis principalement par des services ou des personnes mandatés par le CNDD-FDD [Conseil national pour la défense de la démocratie, parti au pouvoir] et affectant principalement des personnes de l'opposition et des membres du groupe ethnique tutsi, cela ne fait qu'exacerber les divisions ethniques et les ressentiments, d'autant plus que les plus hautes autorités du pays continuent à utiliser le discours de haine ethnique », explique Nditije, maintenant en exil en Europe.

Cependant, le mandat temporel de la CVR ne s'étend pas au-delà de 2008, l'année de la fin de la guerre civile dans ce petit pays pauvre d'Afrique de l'Est. "Le gouvernement veut attiser les démons du passé et créer des tensions interethniques", ajoute Pierre-Claver Mbonimpa, un célèbre défenseur des droits humains désormais réfugié en Belgique. "Cependant, la population burundaise a atteint un certain niveau de résilience et n'est pas prête à s'entre-tuer pour des raisons ethniques. La milice peut le faire, mais la population des collines a dépassé ce stade. Il est regrettable que le CNDD-FDD et le gouvernement utilisent la CVR pour jouer cette carte, dans un contexte politico-ethnique explosif où les blessures des crises ethniques du passé ne sont pas guéries. "

Il accuse également le régime d'utiliser la Commission à des fins politiques en cherchant, par ces exhumations, à mobiliser l'électorat hutu à l'approche des élections générales de l'année prochaine.

Mémoire fragmentée

Pour l'ancien président burundais (avril 1994 à juillet 1996) Sylvestre Ntibantunganya, "il est inapproprié de procéder à des exhumations sans donner au peuple burundais une interprétation aussi objective que possible de ce qui s'est passé". "Les gens doivent être préparés psychologiquement", déclare t-il.

Le problème est qu'au Burundi, "il y a toujours eu des versions hutu et tutsi des événements... malheureusement, cette mémoire fragmentée, cette mémoire ethnique est encore profonde.... le Burundais a développé l'art de généraliser, nous ne nous sommes jamais concentrés sur les responsabilités individuelles; de petits groupes de Hutus ou de petits groupes de Tutsis ont toujours commis des crimes et puis ils parviennent à jouer sur les cordes ethniques pour manipuler les gens et cacher leur propre responsabilité. "

Monseigneur Jean-Louis Nahimana, qui a dirigé la CVR de 2014 à 2018 et réside également au Burundi, ne partage pas cette crainte. "Que les exhumations soient sélectives ou non, je pense que c'est quelque chose qui a été soulevé par des lobbies qui tentent d'influencer l'opinion pour des intérêts qui n'ont rien à voir avec la vérité (...) Le travail de la Commission n'a jamais causé de frictions ou de désordre", explique Nahimana. Le pasteur est également fier des réalisations de la Commission sous sa direction: plus de 70 000 témoignages recueillis, plus de 4 000 charniers identifiés, permettant aux familles de pleurer enfin leurs proches, et 20 000 << auteurs présumés >> ayant accepté de témoigner.

Selon lui, le problème est qu'au Burundi, "il y a toujours eu des versions hutu et tutsi des événements". "Malheureusement, cette mémoire fragmentée, cette mémoire ethnique est encore profonde", poursuit-il. "Le Burundais a développé l'art de généraliser, nous ne nous sommes jamais concentrés sur les responsabilités individuelles; de petits groupes de Hutus ou de petits groupes de Tutsis ont toujours commis des crimes et puis ils parviennent à jouer sur les cordes ethniques pour manipuler les gens et cacher leur propre responsabilité. "

Loin d'être indépendante

Le militant de l'opposition en exil Nditije reste convaincu que "la Commission est loin d'être indépendante". "Sur les 13 membres de la CVR, tout le monde s'accorde à dire que la grande majorité provient du parti CNDD-FDD ou de partis satellites ou d'associations de la société civile affiliées au parti présidentiel", dit-il, et pointe l'actuel président de la CVR, Pierre -Claver Ndayicariye.

Ce dernier était à la tête de la Commission électorale lors des élections de 2015, qui ont vu le renouvellement du mandat de Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat, jugé inconstitutionnel par l'opposition et la société civile. "Certaines personnes pensent à juste titre que Nkurunziza l'a promu à ce poste en gage de sa gratitude, ce qui est une véritable insulte aux victimes des violences liées à ces élections", explique Nditije.

Ndayicariye est complice de "violations des droits civils et politiques, et donc l'un des acteurs clés de la crise actuelle", selon le militant des droits humains Mbonimpa. "Cette commission n'est pas indépendante et ne peut rassurer la population burundaise". Il doute qu'il ait le courage d’écouter aux opposants et aux exilés de la société civile comme lui.

Pas de consensus

Il n'y a jamais eu de consensus entre l'État, une partie de la société civile et certains partis d'opposition. L'État a promu une commission qui ne prend pas en compte l'aspect justice, tandis que certains partis politiques d'opposition et organisations de la société civile souhaitent une commission et un tribunal pénal

L’ancien président Ntibantunganya a déclaré qu’il était trop tôt pour juger de la contribution de la CVR au processus de réconciliation nationale. Il pense que sa composition n’est pas un problème car les groupes ethniques et les principaux partis politiques du pays sont tous représentés.

"La CVR est née dans un contexte de crise politique, un contexte très controversé", explique Nahimana. "Il n'y a jamais eu de consensus entre l'État, une partie de la société civile et certains partis d'opposition. L'État a promu une commission qui ne prend pas en compte l'aspect justice, tandis que certains partis politiques d'opposition et organisations de la société civile souhaitent une commission et un tribunal pénal."

Toujours sans consensus national, la loi d'octobre 2018 qui a prolongé le mandat de la CVR de quatre ans l'a également prolongé jusqu'en 1885, date de la conférence de Berlin sur la division de l'Afrique par les puissances coloniales. "D'une part, ce nouveau délai supprime tout obstacle juridique à l'examen des responsabilités de la puissance coloniale", commente Louis-Marie Nindorera, consultant burundais en justice transitionnelle. «Mais cela ouvre également la voie à une lourde mise en accusation de l'héritage colonial, qui sera sans aucun doute utilisé à des fins politiques opportunistes. Cela sert à soutenir le récit anti-néocolonialiste basé sur la théorie du complot, qui met tout le blâme sur les étrangers et minimise nos responsabilités en tant que Burundais dans nos cycles de violence."

Attaquer les racines

Nancy Ninette Mutoni, porte-parole du parti au pouvoir CNDD-FDD, défend l'amendement. "Pour guérir le mal, vous devez attaquer les racines. La plupart des problèmes de sécurité, politiques et identitaires auxquels le pays est actuellement confronté proviennent de la colonisation, nous ne pouvons donc pas ignorer cela", fait-elle valoir.

Elle dit que la CVR est indépendante du gouvernement et est fière que "cette commission, qui était prévue dans l'accord d'Arusha pour la paix et la réconciliation de 2000, n'a été créée et n'a pu commencer à travailler qu'après l'arrivée au pouvoir du CNDD-FDD". En ce qui concerne les crimes récents ou actuels, elle dit que "la justice burundaise fonctionne et est indépendante".

L'actuel chef de la CVR affirme que toutes les critiques sont motivées par des considérations politiques. "Laisse les parler. S'ils étaient sincères, ils vous diraient que nous travaillons de manière professionnelle et indépendante sur toutes les victimes burundaises ", affirme Ndayicariye.

«L'ensemble du pays a été touché par les crises.»

#CVR #Exhumations #Fossescommunes #PierreClaverNdayicariye