• burundidaily

Qui achète les plus gros fusils?: Les pays de l'Afrique de l'Est continuent de dépenser dava


Les dernières données révèlent que les pays de l'Afrique de l'Est continuent de dépenser davantage pour renforcer leurs forces armées. Bien que le Kenya et la Tanzanie soient les pays qui dépensent le plus en raison de leurs budgets relativement importants, l’attention se porte principalement sur l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi, qui connaissent des situations potentiellement tendues au-delà des leurs frontières.

Selon les dernières données, l'Ouganda aurait réalisé la plus grosse dépense militaire en 2018, à hauteur de 408 millions de dollars américains. Le Rwanda suivrait avec 119,5 millions de dollars américains et le Burundi à 66,9 millions de dollars américains .

L'Ouganda a été classé parmi les 15 premiers pays en termes d'augmentation en pourcentage des dépenses militaires dans le monde en 2018. Le Burkina Faso venait en haut de la liste avec une augmentation de 52%. L'Ouganda était le 14ème pays avec une augmentation de 17%, pour atteindre 408 millions USD en 2018. À titre de comparaison, le Soudan du Sud a dépensé 59,4 millions USD en 2018, soit une baisse de 50% par rapport à 2017.

Ces chiffres sont exprimés en dollars américains et sont tirés de données de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), qui les compile à partir de données officielles des gouvernements, de rapports de l'ONU et de rapports de dépenses de pays en possession d'agences mondiales comme le Fonds monétaire international ), des analyses spécialisées des budgets des pays et des revues et publications de défense.

Ces chiffres sont importants car, en général, les dépenses militaires en Afrique ont diminué de 8,4% en 2018. Selon le SIPRI, les gouvernements africains auraient consacré environ 40,6 milliards de dollars américains à leurs armées, soit 2,2% des dépenses militaires mondiales. Il s'agit de la baisse annuelle relative la plus importante depuis le sommet atteint après la guerre froide en 2014.

Malgré quatre années consécutives de baisse, les dépenses militaires en Afrique étaient toujours supérieures de 9,2% en 2018 par rapport à 2009. Selon le SIPRI, les dépenses militaires ne reflètent pas la capacité militaire et les données sont incomplètes pour certains pays.

Tensions croissantes au sein de l'EAC

Les chiffres viennent également à un moment de tension croissante dans les pays de la région des Grands Lacs; principalement en Ouganda, au Rwanda, au Burundi et en République démocratique du Congo.

«Nous allons augmenter les coûts pour quiconque veut déstabiliser notre sécurité»

Par exemple, le 14 novembre, le président rwandais Paul Kagame a parlé d'user d'une force feroce contre des personnes qui, selon lui, tentent de déstabiliser le Rwanda. Il a dit que certains sont soutenus par des forces étrangères et qu'ils paieront lourdement pour leurs actions.

«Nous allons augmenter les coûts pour quiconque veut déstabiliser notre sécurité», a déclaré Kagame, qui officiait lors d'une cérémonie de serment des nouveaux ministres et officiers supérieurs au parlement de Kigali.

Le 15 novembre, le chef rebelle Musabimana Juvenal, dit le général Jean-Michel Africa des Forces démocratiques hutu pour la libération du Rwanda (FDLR), et quatre de ses gardes du corps ont été tués dans une opération de sécurité à Rutshuru, dans le sud-ouest du pays.

Les forces spéciales rwandaises sont déployées au Nord-Kivu, est de la RD du Congo dans le cadre d'opérations conjointes avec l'armée de la RD Congo. L'Ouganda a été invité à les rejoindre dans les opérations mais lors d'une réunion le 25 octobre à Beni, elle a décliné l'offre. Plutôt, l'Ouganda a déclaré qu'il sécuriserait sa frontière contre l’entrée des forces de la milice FDRL et qu'il n'adhérerait qu'aux accords militaires bilatéraux conclus avec la RDC.

Presque simultanément, le 17 novembre, à l'est du Rwanda, des soldats burundais ont été tués lors d'une attaque nocturne contre leur position près de la frontière avec le Rwanda.

Le ministère burundais de la défense a publié des informations faisant état de l’attaque au cours de laquelle dix-huit soldats burundais auraient été tués, dont le commandant de la compagnie. La compagnie comptait plus de 90 soldats.

Beaucoup ont été blessés tandis que les autres ont fui dans la confusion et sont portés disparus. Selon des sources militaires citées par les médias, il s’agit de l’une des attaques les plus importantes et les plus meurtrières depuis plusieurs années.

Des sources bien informées ont décrit comment des assaillants, portant des gilets pare-balles et des lunettes de vision nocturne, ont attaqué les soldats burundais sur le mont Twinyoni, une zone densément boisée située à environ 10 km de la frontière rwandaise.

Selon les premières informations, les assaillants se seraient retirés au Rwanda et leur équipement sophistiqué irait au-delà de celui d'un groupe rebelle. Le Burundi accuse le Rwanda de soutenir les rebelles opposés au gouvernement de Bujumbura, mais Kigali a nié toute implication.

"Il est faux de dire que les attaques ont été perpétrées par des personnes venues du Rwanda", a déclaré à l'AFP Olivier Nduhungirehe, ministre délégué aux Affaires de la Communauté de l'Afrique de l'Est (EAC), "ces allégations sont sans fondement, comme elles le faisaient auparavant durant les quatre dernières années. Nous avons autre chose à faire."

Le 19 novembre, des assaillants inconnus ont tué au moins 19 personnes lors de raids nocturnes à Beni, dans la même province du Nord-Kivu. Cette zone se situe juste au-dessus de la montagne Rwenzori à partir de la frontière ougandaise. Beni est la base de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUC) qui a récemment intensifié, avec les Forces spéciales rwandaises et l'armée de la RDC, les attaques contre des groupes de milices armées dans la région.

Les assaillants auraient enlevé de nombreuses personnes et auraient incendié une église catholique au cours de deux attaques séparées d'environ 35 km l'une de l'autre.

Selon des informations rapportées lors de l'attaque du 19 novembre, les assassins appartiendraient à la milice islamiste, les Forces démocratiques alliées (ADF), établie depuis des années en RDC pour combattre le gouvernement du président Yoweri Museveni.

Selon les analystes, ces incidents aux frontières du Rwanda avec la RDC, l’Ouganda et le Burundi ne montrent qu’une chose. La région des Grands Lacs est un tas d'herbe sèche en attente d'une allumette pour y mettre le feu.

Certains analystes disent que les dirigeants régionaux construisent leurs armées et leur puissance de feu pour ce qui semble être des affrontements inévitables.

#EAC #Rwanda #Burundi #Ouganda #Tanzanie #Kenya #SudSoudan #Coursesauxarmes