• burundidaily

Burundi/réfugiés : le HCR demande 360 millions de dollars


L’Agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR) n’y va pas du dos de la cuillère : Au moins 360.000.000 millions de dollars sont requis pour venir en aide aux réfugiés burundais.

Une telle demande explicite a été formulée au cours de la 1ère édition du forum mondial sur les réfugiés tenu du 17 au 18 décembre 2019. Le but de cette grand’messe était de mobiliser des fonds en vue de soutenir les réfugiés à travers le monde.

Selon le Haut-Commissariat pour les Réfugiés, l’année dernière, la réponse régionale inter-organisations pour l’aide aux réfugiés burundais n’a reçu que 35% des 391 millions de dollars recherchés.

Ce déficit de financements a sérieusement impacté la réponse des organismes humanitaires dans les quatre pays voisins accueillant les réfugiés burundais (Tanzanie, Rwanda, Ouganda et RDC).

«En Tanzanie, en RDC, au Rwanda et en Ouganda, la vie des réfugiés burundais en est affectée. Ils y ont subi des coupures des rations alimentaires, il y a aussi un manque de médicaments, des écoles surpeuplées et des abris de fortune», a indiqué Charlie Yaxley, porte-parole du HCR avant d’ajouter que la situation des réfugiés burundais est l’une des plus négligées au monde.

Au cours de ces assises, le HCR a tiré la sonnette d’alarme sur la situation des enfants qui «représentent plus de la moitié des réfugiés » et qui sont «les plus durement touchés ».

« Beaucoup sont arrivés dans leur pays d’asile après avoir été séparés de leurs parents ou de leur famille élargie, et il reste de nombreux défis à surmonter pour assurer un placement familial sûr ».

« D’autres souffrent de problèmes psychologiques en raison de la violence dont ils ont été témoins et ils ont besoin d’un soutien psychosocial ».

Selon le HCR, les réfugiés burundais étaient estimés à plus de 360.000. La Tanzanie est le premier pays d’accueil des réfugiés burundais.

La plupart de ces réfugiés ont quitté le pays suite à la crise née de la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un 3ème mandat en violation de la constitution et de l’Accord d’Arusha.

D’aucuns redoute une recrudescence de violences au Burundi à l’approche de nouvelles élections également controversées.

#EAC #ONU #HCR #Burundi #Rwanda #Tanzanie #RDC