• Bill Fletcher

Le danger de l'État «ethno-nationaliste»


L'une des caractéristiques les plus courantes des mouvements populistes et fascistes de droite est la demande de pureté ethnique et / ou raciale. Au cours du 20e siècle, nous l'avons vu sous ses formes les plus flagrantes dans les régimes coloniaux et des minorités blanches du Sud, et dans la persécution dirigée par les nazis et, plus tard, l'Holocauste contre les Juifs.

Les régimes ethniques ont été largement ignorés dans les principaux médias du Nord mondial jusqu'au début des années 1990, même lorsque des événements troublants, tels que le génocide au Burundi, se déroulaient. Ce n'est qu'avec la désintégration de l'ex-Yougoslavie au début des années 1990 et le génocide rwandais (1994) qu'il est devenu plus qu'apparent qu'une nouvelle vague de nettoyage ethnique et de régimes ethno-nationalistes se déroulait.

Quels sont les régimes ethno-nationalistes?

Ce sont des systèmes politiques qui privilégient ouvertement les droits allégués d'un groupe ethnique ou racial donné. L'apartheid en Afrique du Sud était certainement un exemple d'un tel régime de longue date. Mais le génocide rwandais, lorsque des Hutus de droite sont entrés en guerre pour éliminer ouvertement les Tutsis (et les Hutus qui se sont alliés aux Tutsis) sous le prétexte d'une guerre civile, était encore un autre exemple.

Les dirigeants populistes de droite tels que Donald Trump aux États-Unis, Benjamin Netanyahu en Israël et Narendra Modi en Inde sont des exemples par excellence de dirigeants qui promeuvent des régimes ethno-nationalistes. Contrairement aux fascistes du début du XXe siècle et aux «racistes scientifiques» du XIXe siècle, ils ne s'appuient pas sur la rhétorique de la supériorité ou de l'infériorité raciale pour justifier leur politique. Ils soutiennent plutôt soit l'incompatibilité de différents groupes raciaux / ethniques et / ou que le groupe racial / ethnique spécifique qu'ils prétendent représenter a été prétendument lésé au fil des ans.

La situation en Inde en ce moment même illustre l’évolution et les graves dangers des régimes ethno-nationalistes. Les forces politiques autour de Modi et de son parti politique - le BJP - promeuvent la rhétorique et les pratiques anti-musulmanes depuis des années. Leur objectif est tout simplement d'éliminer la base laïque de l'Inde et de la remplacer par un État ethno-nationaliste hindou. La récente législation avancée par Modi et adoptée au Parlement qui offre la citoyenneté aux réfugiés des pays voisins, À MOINS QU'ils ne soient musulmans, démontre la profondeur de la dépravation de ces régimes. Il n'est donc pas surprenant que l'Inde explose.

Netanyahu est un proche cousin - politiquement parlant - de Modi. Lui et son parti - le Likoud - ont toujours cherché à éliminer la présence palestinienne non seulement des territoires palestiniens occupés, mais d'Israël lui-même. Mais ce ne sont pas seulement les Palestiniens que Netanyahu, et ses amis souhaitent éliminer. Le langage du régime lorsqu'il s'agit d'autres étrangers présumés est particulièrement provocateur et fait écho à celui des fascistes hindous en Inde en décrivant les immigrants sans papiers, dans le cas d'Israël, comme des «infiltrés».

Le populisme de droite et l'ethno-nationalisme sont devenus des éléments majeurs du paysage politique mondial. Ce n'est pas seulement l'apparition de Donald Trump; ce n’est pas seulement le Britannique Boris Johnson. Il est apparu, comme la varicelle, à de nombreux endroits. Et, si l'on ne fait pas attention, cela peut émerger même dans les rangs des opprimés quand, en désespoir de cause, ils cherchent parfois à se distinguer des autres.

#Nationalismehutu #HutuPower #CNDDFDD