• burundidaily

De nouveaux visages pour mai 2020: "accompagnateurs" pour rendre les élections crédibles

Mis à jour : févr. 5


Pasteur Nahimana Dieudonné, candidat aux présidentielles de 2020

Le parti au pouvoir et parti-etat, le CNDD-FDD devient très innovant et créatif dans l'art d'habiller les élections factices afin de les rendre crédibles.

Non content ni du nombre et ni du calibre des personnalités "d'opposition" qui sont revenues de l'exil dans lequel ils se trouvaient depuis la fin des années 1990, le régime de Gitega s'est lancé dans une autre tentative créative de faire des bouffons et des pom-pom girls en candidats présidentiels crédibles pour accompagner le président-candidat.

Les maîtres stratèges au sein du parti au pouvoir savent très bien que pour que toutes élections apparaissent crédibles, le scénario d'un candidat unique doit être évité à tout prix. Il doit y avoir une compétition ou tout au moins il doit y avoir une idée d'une compétition.

N'ayant pas réussi à convaincre des personnalités de l'opposition de revenir d'exil et trompé par l'opposition qu'il avait payé pour revenir d'exil, il a été forcé d'adopter une autre approche: créer des candidats indépendants "crédibles" pour participer au processus même s'ils ressemblent à des caricatures de candidats pouvant prétendre au poste le plus élevé et convoité du pays.

Un de ces candidats fabriqués est Nahimana Dieudonné, un pasteur d'une petite église semblable à un culte. Il a déclaré devant sa petite congrégation qu'il avait demandé conseil à Dieu et à des politiciens professionnels et avait décidé de se présenter comme candidat à la présidentielle. Sauf qu'au-delà de sa petite congrégation, il n'a pas d'autres adeptes.

Mais les adeptes importent peu car gagner n'est pas la mission donnée. Il suffit d'être là, d'accompagner le candidat unique qui sera désigné par le parti au pouvoir pour qu'il n'ait pas l'air d'être isolé et pour éviter qu'il ne soit accusé d'avoir remporté des élections au plus haut poste du pays sans compétition.

Cependant, le scénario à la Putine est aussi une possibilité. Un inconnu de la scène politique russe vient d'être nommé premier ministre après une démission en masse de tout le gouvernement sur les ordres de l'homme du KGB.

Peut-être que Dieudonné Nahimana, ce candidat présidentiel improbable va hériter du puissant poste de premier ministre créé par la constitution nkurunzizienne de 2018. Qui sait!?

#NahimanaDieudonné