• Daniel KABUTO

Les frondeurs du CNDD-FDD créent un parti pour la démocratie et la bonne gouvernance

Mis à jour : févr. 5


Enfin, on sait que les frondeurs ne veulent plus revenir aux anciennes amours. Avec le CNDD-FDD, la rupture est irréversible. Le Burundi vient de s'enrichir d'un nouveau parti avec du vieux sang synonyme probablement d'expérience et de changement.

Est-ce une renaissance?

On juge le maçon au pied du mur. Pour le moment, on ne connaît pas les noms des membres fondateurs de ce nouveau né. Il se raconte que l'annonce survient après des mois de travail acharné, de réunions et de sensibilisation surtout à l'intérieur du pays. Car, si le porte-parole s'exprime depuis Bruxelles où il s'est réfugié, la majorité des militants se trouverait à l'intérieur du pays et du parti au pouvoir. Car ce n'est qu'un secret de polichinelle que le nombre de mécontents au sein du CNDD-FDD est plus qu'explosif.

Cette réalité pourrait jouer en défaveur des frondeurs et bloquer aussi bien l'autorisation du retour des transfuges en exil et pis encore l'agrément par le gouvernement. Le régime de Bujumbura voit d'un mauvais oeil la création d'un parti par les adversaires coriaces de Nkurunziza. C'est un coup dur, moins de 5 mois avant les élections générales.

Notez que parmi les membres fondateurs qui filtrent entre les messages sur les réseaux sociaux on trouve d'anciens hauts dignitaires du parti au pouvoir et du pays, d'anciens compagnons de Nkurunziza pendant la rébellion et même des cadres encore en poste au Burundi.

Il ne s'agit pas d'un tremblement de terre mais d'un événement qui privera de sommeil les stratèges du CNDD-FDD pendant bien des jours!

L'heure est grave pour un pays dirigé par des géants qui découvrent qu'ils ne pèsent plus lourd, qu'ils ne peuvent plus ignorer la marée de mécontents qui rêvent d'en découdre avec la tolérance 100% de la corruption, du pillage du sous-sol et de l'impunité.

La peur est un mauvais conseiller. Aimons le Fair-play!

#Frondeurs #CNDDFDD #Corruption #Bonnegouvernance