• burundidaily

Les kidnappés se multiplient à Cibitoke: police présidentielle (SNR) et jeunes Imbonerakure indexés

Mis à jour : févr. 5


Doublement frontalière de la RDC et du Rwanda et en proie à une rébellion assumée mais non encore reconnue par les autorités burundaises, la province de Cibitoke est aussi à la une des médias pour les nombreux cas de personnes kidnappées ou mystérieusement portées disparues ces derniers jours.

Tout semble indiquer que la police présidentielle (SNR) et les jeunes Imbonerakure s’attellent à traquer les opposants réels ou présumés, les enlèvent et les font disparaitre en catimini. C’est désormais le mode opératoire initié par le système CNDD-FDD pour rester à l’abri des radars de l’ONU et d’organisations de défense des droits humains.

Les voix discordantes de Cibitoke sont donc plus que jamais dans l’œil du cyclone.

Au moins cinq personnes ont été kidnappées en moins de deux semaines dans les communes de Buganda et de Rugombo. Le désespoir est total pour leurs familles et autres proches.

Parmi les victimes annoncées figure un certain Jean Paul Nzeyimana qui, après avoir répondu à un appel téléphonique d’un anonyme, n’a jamais été revu.

Soupçonné d'être de mèche avec un groupe armé dont la base arrière se trouverait en République démocratique du Congo, il aurait été intercepté par des agents du service secret, selon des témoignages sur place.

Jean Paul Nzeyimana a disparu comme un certain Nsanzurwimo de la localité de Nyamitanga dans la zone de Ndava, enlevé par des personnes inconnues. Il serait accusé de collecter des vivres pour des mouvements rebelles en Rdc.

L’atmosphère fin de règne est marquée par un climat de terreur et d’assassinats dans les quatre coins du Burundi. En Mairie de Bujumbura, un corps sans vie emballé dans un sac a été retrouvé cette semaine dans la rivière Ntahangwa qui jouxte les zones de Buyenzi et de Ngagara.

La victime a été aperçue pour la première fois par les élèves et écoliers qui se rendaient à l’école. Elle n'a pas été identifiée.

Au Sud du pays, un sexagénaire du nom de Protais Marora, a été tué et le corps découvert sur la colline Nyarugerera, en commune et province de Bururi. Il était introuvable depuis le 19 janvier dernier.

Il s’agit, pour tous ces disparus ou assassinés d’un signe visible de l’iceberg.