• burundidaily

Tensions internes au CNDD-FDD de plus en plus inquiétantes


Les hommes forts du système DD

Le départ de Pierre Nkurunziza semble provoquer des confrontations ouvertes entre les pôles d'influence au sein du CNDD-FDD.

Le chef de police général Alain Guillaume Bunyoni, l'officier le plus gradé dans l'histoire du Burundi vient de convoquer tous les personnes qui ont été démobilisées de la police nationale. 

Elles sont priées de se présenter à la direction générale de la police dès le 27 au 31 janvier, c'est à dire le lendemain du congrès du parti présidentiel qui se tient au 26 janvier à Gitega, la nouvelle capitale du pays. 

Cette convocation des démobilisés vise apparemment leur identification. Une identification qui intervient plus de 15 ans après la fin du processus de démobilisation et intégration des anciens combattants de la rébellion hutue dans l'armée et police nationales, qui étaient dominées par la minorité tutsie.  

Que vise alors cette convocation et rassemblement des anciens combattants? Il est clair qu'il y a une démonstration de force en cours entre les hommes forts du régime. 

Le chef d'état major de l'armée, le général Prime Niyongabo et Alain Guillaume Bunyoni, le patron de la police nationale (les deux hommes forts de l'ancienne rébellion hutue) seraient entrain de se disputer la première place pour remplacer Pierre Nkurunziza ou du moins pour influencer la décision sur le choix du dauphin de Nkurunziza. 

A Bujumbura, la capitale économique, des rumeurs circulent déjà sur de possibles affrontements entre les camps rivaux du système DD. 

Certains hommes forts du régime auraient déjà averti leurs familles et leur conseillent de stocker des vivres et autres biens de prémière nécessité pour se préparer à "toute eventualité". 

A part cette hypothèse de démonstration de force, une autre hypothèse privilégie la volonté du régime d'immobiliser les forces pouvant se rébeller ou pouvant être instumentalisées en cas de disputes internes quant au choix du candidat qui remplacera Nkurunziza. 

La possibilité d'un autre forcing par Nkurunziza en connivence avec Alain Guillaume Bunyoni n'est non plus à exclure.