• burundidaily

J'ai rencontré Dieu: Surnaturalité et grandiosité, une tactique politique ou maladie au CNDD-FDD?

Mis à jour : févr. 5

Est-il le choix de Dieu ou des bagumyabanga (nom des partisans du parti CNDD-FDD)? Ceux qui ont suivi le discours du daiphin de Nkurunziza ont le droit de se demander.

A peine choisi candidat pour le parti présidentiel, Evariste Ndayishimiye suit tout droits dans les pas de son mentor Pierre Nkurunziza en se déclarant comme choix de Dieu.

Il déclare avoir rencontré et parlé à Dieu. "Récemment, une colombe s'est posée sur la tête de ma femme, et ajourd'hui quand le guide suprême et éternel venait d'annoncer mon nom comme candidat, il s'est mis à pleuvoir" a t-il lancé pour démontrer qu'il a été choisi par Dieu.

Ainsi, comme son prédecesseur, il se considère comme ayant toujours eu ce destin d'être président du Burundi.

Certains observateurs disent que cette association avec le divin que font les ledears du parti vise à se fabriquer une certaine légitimité au sein des masses populaires.

D'autres pensent que derrière cette hypothèse de légitimité se cache une conviction dans les sphères des hauts cadres issus de l'ancienne rébellion qu'ils ont été tous choisis par Dieu pour diriger le pays.

Cette conviction se manifeste le plus chez Pierre Nkurunziza que chez les autres.

Si Evariste Ndayishimiye qui, contraiment à Pierre Nkurunziza a préféré rester dans l'Eglise catholique adopte cette stratégie de se cacher derrière ce mythe divin, c'est qu'il a bien saisi que cette hypocrisie marche bien avec les masses populaires.

Cependant, la prière ne tirera pas le Burundi de la misère dans laquelle il patauge depuis l'indépendance. Il faut que l'élite se lance dans le naturel et le concret pour développer le pays.