• burundidaily

Tanzanie incapable de protéger les réfugiés:Attaque armée contre les réfugiés burundais de Nyarugusu

Mis à jour : févr. 5

Camp des réfugiés burundais de Nyarugusu Une attaque d’hommes armés vient d’être pérpétrée sur le camp des réfugiés burundais de Nyarugusu en Tanzanie, rapportent les médias locaux. Cette attaque a fait un mort et plusieurs blessés.

Cette nième attaque meurtrière a ciblé deux ménages des réfugiés burundais respectivement situés dans les zones 8 et 9.

Les témoignages des réfugiés sur le déroulé de l’attaque donnent le tournis : «Nous avons entendu des coups de fusils aux heures avancées de la nuit. Un groupe d’hommes armés avait ciblé deux ménages: celui d’un commerçant qui fait le transfert d’argent et celui tenancier d’une boutique.

L’un est du village B4 dans la zone 8, et l’autre du village B5 de la zone 9. Une fille a été assassinée tandis les deux commerçants ont été grièvement blessés», déclarent-ils.

Les réfugiés Burundais de Nyarugusu tanguent entre désarroi et inquiétude. D’abord parce que la police tanzanienne qui assure la garde de leur camp s’est hâtée lentement pour aller les secourir. Ensuite et surtout parce que leurs agresseurs parlaient kirundi. Certains estiment qu’il s’agit des agents du régime burundais missionnés pour semer la terreur dans le camp et, du coup, inciter les réfugiés à rentrer.

« Après l’attaque, nous avons entendu des gens parler le Kirundi. À chaque fois qu’il y a une attaque, nous entendons des hommes qui parlent notre langue. Nous pensons que ce sont des Burundais de l’extérieur ou de l’intérieur du camp », regrettent-elles.

En plus des victimes, une somme d’argent non encore connue a été volée. Le camp de réfugiés de Nyarugusu accueille près de soixante mille réfugiés burundais, selon les statistiques du HCR.

La persécution des réfugiés burundais vivant en Tanzanie ne fléchit pas. Même après le récent limogeage du Ministre tanzanien de l’Intérieur qui avait juré, la main sur le cœur, qu’aucun réfugié burundais ne doit rester dans ce pays.

Selon le dernier décompte de l’Agence onusienne pour les réfugiés (UNHCR) datant du 31 décembre dernier, la Tanzanie est le premier pays d’accueil des réfugiés burundais ayant fui, en 2015, la répression orchestrée par le président burundais, Pierre Nkurunziza.