• burundidaily

Amnesty International exhorte le régime de Gitega à sursoir au fichage ethnique du personnel des ONG

L’ONG des droits de l’homme Amnesty International a demandé jeudi au gouvernement burundais de renoncer au «recensement ethnique du personnel des organisations internationales non gouvernementales (OING)». « Il est extrêmement inquiétant de voir les autorités burundaises exiger que les OING révèlent l'origine ethnique de chaque membre du personnel national », a déclaré Seif Magango, directeur adjoint d'Amnesty International pour l'Afrique de l'Est et les Grands Lacs. Dans une lettre datée du 13 février, le ministre de la Formation patriotique et des Affaires intérieures Pascal Barandagiye a enjoint aux OING de soumettre des données personnelles détaillées et sensibles sur tous les employés avant le 28 février. Une loi adoptée en 2017 oblige les ONG étrangères à recruter du personnel national conformément aux quotas ethniques et de genre énoncés dans la Constitution du Burundi. Or, les quotas ethniques dans les institutions étatiques et de sécurité ont été introduits par l'Accord de paix et de réconciliation d'Arusha de 2000, dans le but d'empêcher tout groupe ethnique (Hutu ou Tutsi) de détenir un monopole du pouvoir. « Le gouvernement n'a pas expliqué comment ces informations seront utilisées ou quelles garanties seront en place pour éviter toute discrimination fondée sur l'origine ethnique » En septembre 2018, la majorité des ONG internationales ont été suspendues dans l'attente d'une nouvelle inscription auprès du gouvernement . L'un des documents qu'ils devaient fournir était un plan visant à éliminer progressivement les inégalités ethniques dans la dotation en trois ans. Entre décembre 2018 et avril 2019, plusieurs organisations, dont Handicap International, Avocats sans frontières (ASF), 11.11.11, RCN Justice et Démocratie, ont choisi de fermer boutique plutôt que de se conformer à des exigences contraires à leurs principes et valeurs.