• burundidaily

Appauvri, battu par la violence et le Covid-19, le Burundi fonce vers des élections truquées


Une femme vote lors des dernieres élections locales. La population féminine (% du total) au Burundi est de 50,42% en 2018, selon la Banque mondiale

Cinq années de crise politique ont sévèrement frappé l'économie burundaise, et il n'y a guère d'espoir de redressement avant les élections de la semaine prochaine, car de faibles signes de reprise de la vie économique ont été anéantis par la crise du coronavirus. Les dernières élections du pays en 2015, qui ont vu le président Pierre Nkurunziza briguer un troisième mandat très contesté, ont provoqué des violences qui ont fait au moins 1700 morts, déplacé des centaines de milliers de personnes et entraîné une répression sanglante soutenue contre l'opposition et les médias indépendants. La pauvreté et le chômage se sont aggravés, le franc burundais a chuté, les produits importés et les devises sont rares et l'aide au pays a été arrêtée par les bailleurs de fonds. Le régime en place a été placé sous sanctions à la suite des violences qu'il continue d'infliger à la population. "En ce qui concerne l'économie, le Burundi n'est toujours pas sorti de la crise de 2015, car presque tous les indicateurs sont dans le rouge, même si nous commençons à voir une petite amélioration", a déclaré Gabriel Rufyiri, président d'OLUCOME, l'une des principales organisations burundaises de lutte contre la corruption. Après deux ans de profonde récession, l'économie avait recommencé à croître en 2017 et la Banque mondiale prévoyait une croissance de 2% cette année - encore beaucoup plus faible que la plupart des pays africains. Cependant, l'impact de la crise de la pandémie du coronavirus, contre laquelle, selon les observateurs, le régime n'a pris aucune mesure sérieuse de prévention pourrait anéantir ces progrès. "Malheureusement, ce petit espoir est compromis par les conséquences de la crise sanitaire", a déclaré Rufyiri. Le Burundi n'a officiellement signalé que 27 cas et un décès, mais les tests sont très limités, aucune mesure de verrouillage n'a été imposée et la campagne politique a été marquée par des rassemblements bondés auxquels ont assisté des milliers de personnes. Chambres d'hôtel «vides» La seule mesure importante prise est la fermeture des frontières. Seule la frontière avec la Tanzanie permet aux camions de passer. La perte de voyageurs d'affaires et d'autres visiteurs a paralysé les hôtels et les restaurants de Bujumbura, la capitale commerciale. "Normalement, plus de 90% de nos clients sont des hommes d'affaires congolais. Aujourd'hui, nos chambres sont vides", a expliqué Gérard, directeur d'un hôtel à Bwiza, un quartier de Bujumbura. Les véhicules d'occasion, les motos, les pièces de rechange pour voitures ou même les téléphones portables, qui proviennent généralement de l'Ouganda, de Dubaï ou de Chine, se raréfient également. "Nous ne trouvons plus d'accessoires pour téléphones portables", a expliqué un commerçant de Bujumbura. Les devises étrangères, déjà en pénurie depuis 2015 en raison de l'arrêt du soutien budgétaire des donateurs étrangers et de la fuite de nombreux occidentaux du pays, sont devenues encore plus rares. En février, le gouvernement a fermé tous les bureaux de change pour lutter contre la dépréciation du franc burundais (Fbu), poussant de nombreux bureaux de change sous terre. La Banque centrale du Burundi ne dispose que de deux ou trois semaines de réserves de devises pour les importations, contre trois mois avant le début de la crise, selon la Banque mondiale. L'analyste indépendant Faustin Ndikumana a déclaré que de nombreux secteurs de l'économie souffraient. Sur le plus grand marché de Bujumbura, "les grossistes de matériaux de construction, les banques, les taxis et autres véhicules de transport ont vu leurs activités plonger, pour plus de 80%", a-t-il déclaré. Le Burundi est classé par la Banque mondiale parmi les trois pays les plus pauvres du monde.

Une «catastrophe» économique Selon la Banque mondiale, 75% de la population vit dans une extrême pauvreté, contre 65% lorsque Nkurunziza est arrivé au pouvoir en 2005. Le chômage des jeunes est de 65%, selon la Banque africaine de développement, et six enfants sur 10 souffrent d'un retard de croissance dû à la malnutrition. "En réalité, le Burundi ne fait que poursuivre sa lente descente aux enfers" depuis 2015, a déclaré Ndikumana, soulignant la "pauvreté des ménages, l'inflation affectant les produits de base, le manque de devises, la situation désespérée dans les zones rurales qui représentent plus de 80% des la population". Du fait de son manque de devises, le Burundi souffre de pénuries de carburant, de médicaments et de la plupart des produits importés. "Le bilan économique des 15 années de pouvoir de Nkurunziza est catastrophique. Il a fait reculer le Burundi à tous les niveaux, il a complètement isolé le pays de ses donateurs traditionnels et même des pays voisins. C'est une calamité", a expliqué Aime Magera, porte-parole exilé de le principal Conseil national de la liberté d'opposition (CNL). Cependant Nkurunziza qui semble vivre dans un monde parallèle assure qu'il laisserait son successeur "des caisses débordantes d'argent". Mais le candidat du parti au pouvoir, Evariste Ndayishimiye, son successeur trié sur le volet, sait qu'il y aura du travail à faire. Il semble reconnaître les lacunes de son parti, le CNDD-FDD et a promis de "lutter contre la pauvreté et développer le pays", arguant que son parti a mis 15 ans à "jeter les bases" de l'avenir, et que ce n'était pas le moment de mettre les "amateurs" au pouvoir.


À en juger par le grand nombre de personnes qui affluent vers les meetings politiques d'Agathon Rwasa, le principal challenger, malgré les menaces de violence extrême de la part des jeunes miliciens du parti au pouvoir, les burundais semblent avoir conclu que n'importe qui peut faire mieux que ce qui a été accompli au cours des 15 dernières années par le CNDD-FDD .