• burundidaily

Bénéfice de doute au nouveau Président burundais: L’OIF lève les sanctions contre le régime



C’était prévisible : le départ de l’ancien Président burundais, Pierre Nkurunziza devait redonner de l’espoir à la communauté internationale qui ne savait plus par quel bout prendre le Burundi embourbé dans une dictature innommable.

Un mois après le décès de Pierre Nkurunziza, l’Organisation internationale de la Francophonie qui avait rompu ses amarres avec ce pays lui tend de nouveau la main.


Le Conseil Permanent de la Francophonie (CPF) a annoncé jeudi soir dans un communiqué de presse, la levée de la mesure de «suspension de la coopération multilatérale» avec le Burundi.


Cette déclaration a été faite jeudi à la clôture de la 110ème session du Conseil Permanent de la Francophonie.


«Au regard des récentes évolutions politiques enregistrées au Burundi, le CPF a pris acte et accueilli favorablement la demande des autorités burundaises visant à lever la mesure de suspension de la coopération multilatérale en faveur de cet Etat membre », a déclaré le Conseil.


«Cette décision sera formellement adoptée lors du prochain Conseil prévu à l’automne 2020, dans le cadre du processus de suivi par les instances de la Francophonie», a-t-il ajouté.


Lors de cette Session, l’Ambassadeur du Burundi à Paris, Ernest Niyokindi a formellement demandé la levée de cette mesure.


«Ma délégation saisit l’opportunité de cette 110ème session du CPF (Conseil permanent de la francophonie) pour demander formellement à ce Conseil, au nom du gouvernement burundais, d’étudier la possibilité de lever toutes les mesures de restrictions prises contre le Burundi », a déclaré mercredi soir Ernest Niyokindi, ambassadeur du Burundi à Paris.


«Le gouvernement investi à la suite des élections du 20 mai 2020 a choisi de travailler main dans la main avec la Francophonie», a ajouté l’ambassadeur Ernest Niyokindi.


Le Conseil permanent de la Francophonie (CPF) est l’instance chargée de la préparation et du suivi du Sommet, sous l’autorité de la Conférence ministérielle. Il est à la fois animateur, coordonnateur et arbitre de l’action de l’Organisation. Présidé par la Secrétaire générale de la Francophonie, il se prononce sur ses propositions et la soutient dans l’exercice de ses fonctions.