• burundidaily

Burundi: Evariste Ndayishimiye peut-il apporter des changements?


Evariste Ndayishimiye, déclaré vainqueurs par la commission électorale nationale après un processus électoral frauduleux

Le 20 mai, alors que la majeure partie du monde était préoccupée par COVID-19, le Burundi a discrètement tenu ses quatrièmes élections générales depuis la fin de la guerre civile en 2005. La crise politique qui sévit au Burundi a du mal à se retrouver dans l'agenda des autres pays. fois. Au milieu d'une pandémie mondiale, ces élections sont passées largement inaperçues - notamment parce que la crise a également empêché les observateurs électoraux de la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE), le seul groupe étranger qui est encore toléré par le gouvernement.


Cela convenait sans aucun doute au régime du CNDD-FDD. Le parti au pouvoir est devenu de plus en plus isolationniste depuis les dernières élections de 2015, lorsque le président sortant Pierre Nkurunziza a décidé de briguer un troisième mandat, provoquant des mois de protestations.


Les résultats - annoncés par la commission électorale trois jours après le vote - donnent au candidat du CNDD-FDD Evariste Ndayishimiye 68% des voix. Son principal rival, le leader de la CNL, Agathon Rwasa, n'ayant récolté que 24%. Le taux de participation aurait été d'environ 90%.


Rwasa a dénoncé les élections comme frauduleuses et conteste le résultat devant la cour constitutionnelle. L'Église catholique a fait écho à ses préoccupations. Conformément au modèle utilisé lors des élections de 2018 en République démocratique du Congo, l'Église a cherché à déployer des observateurs dans les 14655 bureaux de vote. En fin de compte, le gouvernement ne lui a permis d'envoyer des fonctionnaires qu'à environ 20% des bureaux de vote, mais l'Église dit que cet échantillon est suffisant pour jeter le doute sur le résultat.


Contestation ou une perte de temps?


La contestation officielle ne mènera probablement nulle part. La cour constitutionnelle burundaise est fortement politisée. Il a statué en faveur d'un troisième mandat pour Nkurunziza en 2015 et personne ne s'attend à ce qu'il rende un verdict indépendant maintenant. Pendant ce temps, les gouvernements étrangers peuvent critiquer les élections, mais ils n'ont aucun effet de levier pour influencer le gouvernement burundais.


Le fait est que presque personne ne s'attendait à ce que cette élection soit libre et équitable. En fait, depuis des mois, l'accent est mis sur le type de leader que sera Evariste Ndayishimiye,52 ans, l'hertier de Pierre Nkurunziza .


Evariste Ndayishimiye, entre marteau et enclume


L’un des principaux défis du nouveau président lors de son entrée en fonction sera d’équilibrer les différents intérêts au sein du parti au pouvoir. Les origines de Ndayishimiye sont profondément ancrées dans l'histoire militaire du CNDD-FDD. Dans la course à la candidature du parti, il a gagné le soutien du puissant embrayage des généraux.


Son prédécesseur avait soutenu un autre candidat, le président de l'Assemblée nationale Pascal Nyabenda. Nkurunziza n'a pas réussi et a peut-être démissionné quelque peu à contrecœur, mais il reste très influent et conserve plusieurs rôles et titres, y compris Guide Supreme du Patriotisme. Ndayishimiye devra jouer un difficile équilibre entre son propre camp et celui de son prédécesseur s'il veut imprimer sa propre identité au gouvernement.


Dans le même temps, Ndayishimiye hérite d'une multitude de problèmes aigus résultant de la politique de son parti.


Il s'agit notamment des relations hostiles avec les organismes internationaux, de l'ONU à l'Union africaine et même l'EAC. Nkurunziza s'est aliéné à peu près de tout le monde, expulsant régulièrement des diplomates et des hauts fonctionnaires internationaux. Plus récemment, son gouvernement a expulsé quatre hauts fonctionnaires de l'Organisation mondiale de la santé à la suite de leurs critiques concernant sa gestion du COVID-19, que le gouvernement tente de minimiser. Cela suit également la tendance au cours des dernières années à rendre le travail humanitaire de plus en plus difficile, même si les acteurs humanitaires fournissent les services de santé, d'éducation et de nutrition essentiels que le gouvernement n'est pas à mesure de fournir.


Ndayishimiye hérite également d'un pays fracturé. Plus de 350 000 restent en exile dans les pays voisins et 110 000 sont des déplacés internes. Le niveau de pauvreté a atteint 74% contre 64% quand le CNDD-FDD a pris le pouvoir. Le Burundi est désormais le troisième pays le plus pauvre du monde. Et la classe moyenne professionnelle et la société civile ont été détruites, à la suite d'une fuite dramatique des cerveaux après les troubles de 2015.


A moins que Ndayishimiye ne change de direction, la répression sera le seul moyen pour le CNDD-FDD de garder le contrôle du pouvoir. De nombreux Burundais ont désespérément besoin de changement, mais n’ont pas le droit de voter en sa faveur et paient souvent de leur vie s’ils agissent. La milice des jeunes du CNDD-FDD, les Imbonerakure, menace de violentes représailles contre quiconque ose contredire ou critiquer le gouvernement.


Le CNDD-FDD peut avoir l'impression d'avoir le niveau de contrôle qu'il souhaite, mais il faut se demander combien de temps il peut tenir. Cela dépendra en partie de la mesure dans laquelle il pourra continuer à siphonner les revenus ( déjà en baisse) du gouvernement pour garder son élite militaire et civile ainsi que les Imbonerakure heureux. Il se dit qu'Evariste Ndayishimiye détesterait la corruption et ne serait pas l'un des nombreux dirigeants du parti qui se sont enrichis par corruption. Cependant, poursuivre la corruption au sein du parti risque d'aliéner ceux qui l'y ont mis.


Il est temps que l'UA s'implique davantage


Suite aux changements constitutionnels adoptés en 2018, Ndayishimiye sera le premier président burundais à avoir un mandat de sept ans. C'est assez de temps pour redresser le pays progressivement.


Maintenant que tout semble en place pour qu'il exerce ce mandat, Ndayishimiye devrait être encouragé à prendre des mesures pour permettre une reprise des activités de la société civile, restaurer les libertés des médias et abandonner les mandats d'arrêt contre les opposants politiques. Il devrait également être invité à mettre fins aux violences de la milice Imbonerakure.


Ce ne sera pas simple pour Ndayishimiye. Il est redevable à la fois aux hommes forts militaires qui ont soutenu sa candidature et au parti qui a facilité sa victoire électorale frauduleuse.


Néanmoins, le moment est venu pour un changement potentiel. Ndayishimiye est nouveau dans le métier et a fait de subtiles ouvertures auprès des organismes internationaux ces derniers mois, rencontrant le président de l'UA Moussa Faki et des responsables de l'EAC. L'UA a pris un siège arrière sur le Burundi depuis que sa proposition de déployer une force d'intervention a été rejetée par les chefs d'État en 2015. Suite à cela, la Communauté des Etats d'Afrique de l'Est a pris les devants, même si elle a également fait peu de progrès, à cause de luttes internes, impliquant le Rwanda et le Burundi d'un côté et l'Ouganda et le Rwanda de l'autre. Il est maintenant temps que l'UA revienne à la table.