• burundidaily

Burundi: Investi, le général Evariste Ndayishimiye se met sur les pas de Pierre Nkurunziza



Le général Evariste Ndayishimiye, déclaré vainqueur de l’élection présidentielle du 20 mai dernier a été investi dans sa fonction jeudi à Gitega.


Les cérémonies ont débuté vers 10 heures GMT par une prière faite successivement par un représentant de l’Eglise catholique, de la communauté musulmane et de l’église anglicane (principales confessions religieuses du Burundi).


Puis, son serment attendu :


«Devant Dieu le Tout Puissant, devant le peuple burundais, seul détenteur de la souveraineté nationale, moi, Evariste Ndayishimiye, Président de la République du Burundi, je jure fidélité à la Charte de l’Unité nationale, à la Constitution de la République du Burundi et à la loi», a déclaré le nouveau Président du Burundi, drapeau national et celui de l’unité des Burundais en mains. Ensuite, l’armée a fait retentir les 21 coups de canons.


Après le serment du nouveau Président de la République, le Président de la Cour constitutionnelle, Charles Ndagijimana, lui a remis le drapeau national, celui de l’unité nationale, la constitution du Burundi et un bâton de commandement.


Le clou du spectacle était son discours fleuve de plus d’une heure. Comme son prédécesseur Pierre Nkurunziza, le nouveau Président a tiré à boulets rouges sur l’Occident désigné sous label des colons. Il a vanté la souveraineté du Burundi et promis de la défendre becs et ongles.


Evariste Ndayishimiye a appelé les réfugiés à regagner leur pays pour participer à sa reconstruction.


Il a aussi promis aux Burundais un gouvernement des « bosseurs » intègres.


Evariste Ndayishimiye, candidat du parti au pouvoir, a été proclamé vainqueur de la présidentielle du 20 mai avec 68,72% des voix, contre 24,19% pour son adversaire Agathon Rwasa, leader du parti CNL.


Il a remporté une élection présidentielle organisée sans missions d’observation étrangère ni journalistes indépendants. Sa victoire a été contestée par son principal opposant Agathon Rwasa, Président du parti CNL. Son recours à la Cour constitutionnelle n’a rien changé.