• burundidaily

Ca se corse à l’Uprona « pro-régime » : la guerre de positionnement fait des casses

Plus imbibé du CNDD-FDD que les militants de ce dernier, le parti UPRONA ou ce qui en reste affine ses stratégies pour ne pas se faire pulvériser lors des prochaines élections.

Si Gaston Sindimwo est déjà assuré de représenter ce parti du Prince Louis Rwagasore à la présidentielle, rien n’est encore décidé quant aux listes des candidats députés et autres conseillers communaux.

C’est précisément à ce niveau que l’on observe des crocs-en-jambes et des prises de becs avec parfois des victimes à la clé.

Les premiers bruits de casseroles entre Upronistes viennent d’être signalés à Gitega, capitale politique, où deux militants qui se disputaient la place (tête de liste) au classement finissent en prison après leur arrestation télécommandées.

Il s’agit de messieurs Amédée Habonimana, conseiller à la première vice-présidence de la République et d’Evode Bihizi, cadre de la mutuelle de la fonction publique, tous membres de l’Uprona.

Ils ont récemment été arrêtés à Gitega alors qu’ils partageaient un verre avec les premiers secrétaires provinciaux du parti Uprona.

Leur entrevue devait se conclure par une correspondance à adresser à Abel Gashatsi, président du parti, pour lui signifier que la tête de liste des législatives de mai 2020 reste Madame Menedore Nibaruta, soutenue par Gaston Sindimwo.

Madame Nibaruta dispute cette place à Innocent Nkurunziza, membre du comité provincial de cette formation politique à Gitega.

Si l’on sait que le premier vice-président de la République est derrière la candidature de Menedore Nibaruta, et que c’est lui qui a dépêché son conseiller et son partisan à Gitega, l’on cherche encore à savoir qui soutien Innocent Nkurunziza.

Mais ce qui est certain est que son soutien a le bras long. Car il a mis en prison les délégués de Gaston.

C’est ce qui fait tiquer Gaston et sa sphère d’influence. Car l’Uprona officiel mise sur les législatives/élections des conseillers communaux plutôt que la présidentielle qui, on ne le sait que trop, sera sans aucune surprise.