• burundidaily

Covid-19/Burundi : Le danger viendra aussi du confinement de ceux qui rentrent



Même si au Burundi le discours officiel reste centré sur «zéro cas de coronavirus», l’inquiétude est grande au regard des conditions dans lesquelles vivent des centaines de personnes qui rentrent dare-dare au Burundi et confinées dans la précarité.


Depuis le week-end dernier, plus de 700 personnes venues de la sous-région sont confinées dans divers endroits. Ils viennent des pays voisins du Burundi, en l’occurrence le RDC, l’Ouganda, la Tanzanie et le Kenya.


Ils affluent sur le territoire burundais depuis le weekend dernier. Certains ont été installés dans des hôtels, hôpitaux ou écoles. Aucun test n’a été pratiqué sur eux, ce qui peut-être suggère qu'aucune d'elles ne présentait de symptômes à l'arrivée sur le territoire burundais.


Il s’agit, pour la plupart, des étudiants, des commerçants transfrontaliers ou encore de jeunes gens partis à la recherche d’un travail dans ces pays limitrophes.


Selon les récentes statistiques, elles sont réparties dans les provinces du nord et nord-est du pays : 15 à Kirundo, 42 à Kayanza, 55 à Ngozi et 93 à Muyinga, 230 à Rutana, 146 à Rumonge, 93 dans la province de Bujumbura non loin de la frontière avec la RDC et 52 dans la province de Cibitoke.


A ceux-là s’ajoutent près de 2000 adeptes de la prophétesse Eusebie, récemment chassés de la RDC et parqués dans un centre de fortune à Rumonge.


Les uns et les autres constituent une source potentielle de propagation du virus Corona.

Dans l’hypothèse où l’un d’entre eux serait porteur du Coronavirus, il contaminerait tout le groupe et le voisinage.


Le danger est plus que réel malgré le discours officiel de défaillance.