• burundidaily

Covid-19: Dangereuse poursuite du rapatriement des réfugiés burundais de la Tanzanie

Covid-19: Dangereuse poursuite du rapatriement des réfugiés burundais de la Tanzanie



C’est le personnel humanitaire qui tire la sonnette d’alarme : en poursuivant le processus de rapatriement des réfugiés burundais depuis la Tanzanie comme est entrain de le faire le Burundi, on expose tout le pays à la pandémie du Covid-19.


Selon plusieurs médias tanzaniens, le gouvernement burundais et celui de la Tanzanie ont en effet refusé de reporter les opérations de rapatriement de ces réfugiés.


«Les autorités du Burundi et de la Tanzanie se sont mises d’accord sur le fait que le rapatriement doit continuer, malgré le danger que représente le coronavirus déjà détecté dans la région où des camps de réfugiés burundais sont installés».


Le personnel de l’Agence onusienne pour les réfugiés, UNHCR, se dit aussi en danger de contamination, vu leurs conditions de travail.


«On devra travailler sans masques de protection et en entrant en contact avec des réfugiés qui viennent d’un pays où le coronavirus est déjà déclaré. Nous craignons d’être contaminés», déplorent-ils tout en précisant que seul le staff du HCR dispose du matériel de protection.


Selon un cadre du HCR, s’exprimant sous signe d’anonymat, le Burundi veut prouver à la communauté internationale par le rapatriement que les choses marchent bien à la veille des élections.


« Nulle part au monde, le processus de rapatriement ne se fait en même temps que le processus électoral », estime-t-il.


Officiellement, la Tanzanie héberge plus de 168.000 réfugiés burundais. En 2019, Gitega a rapatriés environ 80.000 réfugiés qui vivaient en Tanzanie.