• burundidaily

Covid-19 : impossible confinement des Burundais



Dans l’hypothèse d’un scenario catastrophe où le coronavirus serait finalement déclaré au Burundi, la stratégie de confinement qui semble marcher dans les pays développés ou assimilés, reste a priori inenvisageable pour le Burundi.


De l’avis de certains observateurs, ce serait aussi pour cette raison que les autorités burundaises préfèrent adopter la politique de l’autruche, feignent de ne pas voir la pandémie sur place, comme si, de son côté, le Covid-19 ne les voyait pas.


La quasi-majorité des burundais vivent, en effet, au jour le jour tant et si bien que celui qui ne bouge pas n’a rien à se mettre sous la dent. C’est tellement vrai que même les cadres de l’Etat doivent bouger pour se faire soudoyer et garnir la poche.


Les confiner serait aussi les exposer aux dérapages de tous ordres, notamment les bandits armés.


Selon Faustin Ndikumana, économiste et figure de la société civile, cette pandémie risque de donner un coup de grâce à l’économie burundaise.


«La majorité des recettes de pays africains sans oublier le Burundi proviennent des exportations. Où allons-nous exporter nos produits alors que ces pays sont confinés ?», a-t-il confié aux médias locaux.


« Avec une population à 70 % vivant au jour au jour, le pays n’est pas prêt à prendre la mesure de confinement », a-t-il ajouté.

« L’économie burundaise n’est pas en mesure de subventionner les entreprises et de donner des allocations aux chômeurs. Si on arrête les activités, comment allons-nous vivre ?».


Cet analyste appelle les autorités à faire un réaménagement budgétaire, lui permettant de faire face à cette pandémie.


Faustin Ndikumana ne manque pas de rappeler le rôle primordial du Ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida.


« il a le devoir de donner des informations vraies et prendre des mesures visant à réduire les mouvements non-essentiels tout en gardant les mouvements qui entretiennent l’économie », a-t-il conclu.