• burundidaily

Covid-19 : L’assourdissant silence des autorités burundaises est plus ravageur que la pandémie (HRW)



L’ONG des droits de l’homme, Human Rights Watch (HRW) vient d’alerter sur le péril qui guette les Burundais suite au «manque d’informations factuelles concernant la pandémie de Covid-19 ».

«Le gouvernement du Burundi ne communique pas d’informations factuelles concernant la pandémie de Covid-19 et empêche les médecins et les infirmiers de réagir de manière adéquate », a déclaré Lewis Mudge, Directeur de la division Afrique centrale de HRW.


Selon cette organisation, les dirigeants du Burundi devraient garantir à la population l’accès à des informations précises et fondées sur des preuves scientifiques, essentielles à la protection de la santé.


«L’approche irresponsable des autorités face à la pandémie ajoute plus d’incertitude et de peur à une atmosphère déjà politiquement chargée, alors que des statistiques précises et la transparence sont nécessaires pour sauver des vies», a-t-il ajouté.

HRW appelle le nouveau Président, Evariste Ndayishimiye, à «faire de la réponse au Covid-19 une priorité et intensifier le dépistage pour connaître l’étendue réelle de l’épidémie de coronavirus dans le pays».


Ces dernières semaines, Human Rights Watch a interrogé plusieurs experts et membres du personnel de santé sur la situation. Toutes les personnes interrogées ont demandé à garder l’anonymat et à ne pas divulguer le nom de leur hôpital, craignant des représailles de la part du ministère de la Santé ou des services de sécurité, contre elles-mêmes ou leurs collègues. Plusieurs ont expliqué qu’elles sentaient que leur vie était en danger pour s’être exprimées sur la situation.


Jusqu’au 20 juin, le Burundi reconnaissait 144 cas de Covid-19. Cependant, plusieurs travailleurs médicaux et experts interrogés ont exprimé des inquiétudes quant à l’augmentation du nombre de cas présentant des symptômes de Covid-19 et ont accusé l’Institut national de santé publique (INSP), géré par le gouvernement, et les autorités d’empêcher le dépistage ou de ne pas faire état de la pandémie de manière adéquate. Le 12 mai 2020, le gouvernement a déclaré persona non grata le directeur de l’Organisation mondiale de la santé pour le pays, ainsi que deux hauts responsables et un consultant soutenant la réponse de santé publique au virus.


Le 8 juin, l’ancien président Pierre Nkurunziza est décédé, officiellement d’un arrêt cardiaque, selon un communiqué du gouvernement, quelques jours après que la Cour constitutionnelle ait déclaré la victoire du candidat de son parti, Évariste Ndayishimiye, à l’élection présidentielle de mai. Pierre Nkurunziza, son épouse et le ministre de la Santé ont été hospitalisés ces dernières semaines, mais aucune raison officielle n’a été communiquée.

Lors de sa prestation de serment le 18 juin, Évariste Ndayishimiye a remercié Dieu pour les faibles taux de transmission et de mortalité du coronavirus signalés, et a exhorté les Burundais à prendre les mesures possibles afin d’empêcher la propagation du virus.