• burundidaily

Des frondeurs du CNDD-FDD rentrent au bercail

Lassés par une galère à l’exil ou subrepticement approchés par leurs congénères hutus qui tiennent les manettes du pouvoir, des anciens frondeurs du parti présidentiel se ravisent et regagnent leurs pénates.

Sous un prétexte qui frise le ridicule, certains d’entre eux viennent en effet de rentrer « afin de participer aux élections». Jérémie Ngendakumana, Pamphile Muderega……sont désormais à Bujumbura. «Trois ans de silence après mon mandat de député a l’EALA, je rentre dans ma chère patrie pour participer aux élections », a déclaré Jérémie Ngendakumana. Ce dernier est tout sauf un quidam au sein du parti CNDD-FDD. Il a été chef de protocole du président Pierre Nkurunziza, ambassadeur du Burundi à Nairobi, président du parti CNDD-FDD et président de la commission des députés Burundais au sein du parlement de la Communauté des Etats d’Afrique de l’est, CAE. Leur retour intervient à trois mois des élections. S’aligneront-ils en indépendants ou réintégreront-ils le parti CNDD-FDD dont ils ont claqué la porte ? Rien n’est moins sûr. Il y a près de cinq ans, les mêmes hutus prenaient la poudre d’escampette, arguant que la répression du régime CNDD-FDD et la flagrante violation de la constitution et de l’Accord d’Arusha, par le Président burundais, Pierre Nkurunziza, était un sacrilège à leurs yeux. Les voilà alors qui rentrent sous l’œil bienveillant des caciques du régime qu’ils abhorraient hier encore. Certainement qu’il y a eu un deal non officiel entre eux et le général Evariste Ndayishimiye, récemment choisi pour porter les couleurs du CNDD-FDD lors de la présidentielle de mai prochain.