• burundidaily

Elections 2020: Général Evariste Ndayishimiye croule déjà sous le poids des "présents" et "cadeaux"

ll y a candidat et candidat : rien que pour sa candidature à la présidentielle, le Général Evariste Ndayishimiye, Secrétaire général du CNDD-FDD (au pouvoir au Burundi) et candidat de ce parti à l’élection présidentielle de mai prochain croule déjà sous le poids des cadeaux.

Il se sent et se comporte comme président, et a adopté toutes les mauvaises pratiques de son prédecesseur.

Ses déplacements en provinces mobilisent des foules et paralysent toutes les activités. C’était notamment le cas vendredi dernier en province de Rumonge.

Suite aux folles manœuvres des responsables administratifs qui forcent les citoyens à cotiser pour le Boss de demain, Evariste Ndayishimiye a reçu des dons que plus d'un considèrent comme des contributions forcées, constitués de cinq génisses dont trois en gestation, des régimes de bananes, des poissons, des bidons d’huile de palme et plusieurs greniers remplis de vivres de différentes catégories.

« La population a contribué de force pour ces dons », s’indignent des habitants de Rumonge.

La règle non officielle est simple : à l’instar du Président Pierre Nkurunziza, son présumé successeur prend aux pauvres le peu qui leur reste et paralyse toutes les activités à caractère économique.

Dès l’annonce de sa visite, les administratifs à la base en collaboration avec des jeunes du parti au pouvoir ont sillonné tous les quartiers pour intimer l’ordre de fermer tous les magasins.

«Aucune activité commerciale n’était autorisée à Rumonge. Même les services public et privé étaient interdits », se lamentent des gens.

«Aujourd’hui, on travaille à perte. Des fruits, légumes et autres produits alimentaires qui ne durent pas longtemps vont périmer sans être vendus ni consommés. Nous ne comprenons pas pourquoi on nous force à aller accueillir un homme politique.

Normalement, on devrait le faire de notre propre volonté », sussurent des vendeuses de fruits, médusées.

Même ceux qui font le transport n’ont pas été épargnés.

Selon des témoins, même les activités scolaires au centre de la ville de Rumonge ont été également suspendues. «Les responsables scolaires ont ordonné que le personnel et les élèves se rendent accueillir Evariste Ndayishimiye.

Les autorités nous disaient qu’on allait accueillir le président de la République », affirment-ils.