• burundidaily

Elections 2020 : La poussée du COVID-19 ne va pas reculer les échéances, dixit Gitega

Alors que le monde entier est en proie à une grosse frayeur face aux ravages du Coronavirus, les autorités burundaises restent étonnamment sereines, multiplient des mesures cosmétiques comme la suspension de l’octroi des visas et refusent l’idée d’un confinement ou de fermeture des lieux publics. L’attitude burundaise plonge le monde entier dans une sidération indicible. Le porte-voix du gouvernement burundais, Prosper Ntahorwamiye a laissé sans voix plus lors d’une conférence publique des porte-paroles des institutions publiques organisée vendredi dernier : «On en est pas encore à l’étape de fermeture des frontières, des écoles, de l’interdiction des rassemblements. Donc les élections doivent avoir lieu », a déclaré Prosper Ntahogwamiye. Car, s’est-il empressé d’ajouter, sans gêne : «la situation sur le coronavirus au Burundi n’est pas aussi alarmante pour perturber les élections de mai 2020 ». Mais, avoue-t-il quand-même, un brin prudent : «En cas de nécessité, on pourra prendre des mesures rigoureuses mais on en est pas encore là». La veille, le ministre des affaires étrangères et de la coopération a annoncé « la suspension de l’octroi des visas jusqu’à nouvel ordre dans le cadre de la prévention de la pandémie de coronavirus ». Quelques mesures d’hygiène ont aussi été imposées dans tous les services et lieux de rassemblements. Le porte-parole du gouvernement burundais ne fait que relayer le point des vue des plus hautes autorités de la République. Lors d’une récente tournée dans les différentes communes de la province de Bubanza, e Président de l'Assemblée Nationale (natif de cette contrée) a quasiment dit la même chose aux cadres natifs de la commune de Bubanza, représentants des partis politiques, administratifs et autres responsables des coopératives et associations et bien d'autres. Il a remercié le Bon Dieu qui « épargne notre bon pays le Burundi de cette épidémie ». Mais Pascal Nyabenda a appelé les uns et les autres au respect des directives du Ministère de la Santé Publique.