• burundidaily

Elections 2020: va-t-elle devenir l'enieme symbole de l'injustice à outrance du régime Nkurunziza?

Par Daniel Kabuto ||

Cathy Kezimana, deuxième sur la liste de députation dans la Province de Bujumbura pour le compte du CNL d'Agathon Rwasa

Elle s'appelle Cathy Kezimana. Candidate députée du parti CNL en province Bujumbura. Elle croupit déjà en prison a Mpimba. Son crime? Avoir fait campagne avec le même langage que les candidats du parti au pouvoir.

Son discours courageux lui vaut les foudres du régime. Elle a appelé les électeurs à sanctionner le régime qui a endeuillé les familles, poussé les citoyens à l'exil et fait main basse sur les ressources du pays. Et d'ajouter:" Si le parti au pouvoir utilise l'argent pour acheter votre conscience et vos suffrages, prenez-le mais ne votez pas pour lui. Cet argent, il est à vous car il vient du bien commun. Si le parti au pouvoir vous donne des porcins, des génisses ou des chèvres, recevez tout mais ne votez pas pour lui. Votez plutôt pour la dignité, pour le retour des réfugiés, pour la paix sociale, la justice pour tous"! Et où est le crime dans tout ca?

La candidate a défié le régime, crime de lèse-majesté qu'on habille en infraction d'atteinte à l'ordre public, à la sûreté intérieure !


Qu'est-ce qui est nouveau dans son discours?


Communication violente? Avoir porté le couteau dans les plaies de 2015? Avoir ouvert la boîte de Pandore quant aux assassinats, disparitions et pillages pendant les 15 ans de règne de Nkurunziza?

Disons-le haut et fort: rien ne justifie cet emprisonnement. La candidate a fait campagne comme les DD font depuis 2005. Parce qu'ils voulaient le changement. Maintenant qu'on évoque le passif de leur bilan et qu'on évoque l'achat de conscience auquel ils ont eu recours en 2010 et 2015 particulièrement, ils perdent le Nord. Que dis-je? Le Nord est synonyme du Rwanda. Pardon.


Appel à la libération des candidats aux élections en vue...


Notez qu'ils sont nombreux les candidats du CNL qui ont été arrêtés et jetés en prison. Et le gouvernement soutient le candidat du CNDD-FDD. Ses crimes de sang deviennent des peccadilles. Comme à la cour du roi Lion.

On crie haro sur le baudet: la mort pour le cheval qui mange l'herbe du paysan! Pauvre madame Cathy. You are not alone. Le changement est toujours un combat de longue haleine. Souvenez-vous de Paul Mirerekano. Il a été contraint à l'exil et pourtant les électeurs ont compris et voté pour lui. Et que fut la prison pour Rwagasore? La resistance dans l'hostilite. Helas, aucune leçon pour les dignitaires du régime en place.

Le régime Nkurunziza peut sévir mais le peuple sait, sent et agit selon son coeur. Celui des Burundais est si meurtri qu'il ne veut que la guérison. Et ce n'est plus apparemment le CNDD-FDD qui soit l'espoir. Il est devenu un cauchemar. Il est loin d'être un animal en agonie même si une femme aux mains nues lui fait si peur! Il s'empresse de faire taire. Monstrueux non ?

Nous relayons le cri, cet appel de Cathy pour le changement. Que le monde entier sache tout au moins que le risque de Cathy en vaut la chandelle. Non à l'achat de conscience. Non à la terreur du régime pendant les campagnes électorales. Crions le nom de la liberté, crions liberté pour Cathy et pour toutes les victimes de l'arbitraire au Burundi.